Augmentation des tarifs à la SNCB, mais "pas de la qualité de service"

L'année dernière, la SNCB a annoncé qu'elle adapterait ses tarifs à partir du 1er février 2023.

La SNCB lance une phase test pour des compartiments silencieux
©BELGA

Le Conseil national du Travail (CNT) et le Conseil central de l'Économie (CCE) mettent en garde, mercredi, contre les risques des augmentations tarifaires qui entreront en vigueur le mois prochain "tant pour la mobilité que pour les recettes financières" de la société ferroviaire. D'autant plus, que ces révisions à la hausse ne s'accompagnent pas d'une amélioration qualitative au bénéfice du voyageur, déplorent les deux organismes.

L'année dernière, la SNCB a annoncé qu'elle adapterait ses tarifs à partir du 1er février 2023, tablant sur une augmentation de 8,73% en moyenne, afin de "couvrir une partie limitée de l'augmentation des coûts d'exploitation, induits par l'inflation et les prix de l'énergie".

Une courbe ascendante qui ne va pas de pair, cependant, avec une amélioration du service offert, selon le CNT et le CCE. "En comparaison avec l'année dernière, le nombre de trains supprimés et de retards a augmenté et un manque de place a été déploré dans différents trains, malgré le fait que le nombre de voyageurs ne soit pas encore égal à celui d'avant la pandémie de coronavirus", pointent les Conseils.

Ces derniers soulignent également les conséquences financières de la majoration tarifaire des abonnements domicile-travail pour les employeurs et les travailleurs. Les employeurs appliquant le système 80/20 (c'est-à-dire le système dans lequel 80% du prix de l'abonnement est pris en charge par l'employeur, les 20% restants étant à charge des autorités fédérales) pour offrir à leurs travailleurs la gratuité des déplacements domicile-travail en train devront payer 9,73 % en plus que l'année dernière pour les abonnements de ces travailleurs.

Les travailleurs éligibles au remboursement complet grâce à ce système 80/20 (ils représentent près de 7 travailleurs sur 10 dans les entreprises comptant plus de 100 travailleurs), eux, ne remarqueront pas l'augmentation tarifaire des abonnements domicile-travail. En revanche, les travailleurs ayant droit à un remboursement partiel de leurs déplacements domicile-travail effectués en train, dont le montant a été fixé dans la CCT 19/9 (2 travailleurs sur 10 dans les entreprises comptant plus de 100 travailleurs), devront payer 40,43% du prix de leur abonnement de leur poche, contre 34,65 % en 2022.

Les Conseils plaident donc pour l'extension du système 80/20 aux abonnements combinés SNCB/De Lijn et SNCB/TEC afin de "contribuer à une plus grande multimodalité".

Par ailleurs, ils demandent que la SNCB lance le plus rapidement possible des abonnements flexibles (destinés aux travailleurs qui se rendent sur leur lieu de travail 2 à 3 jours par semaine), à la fois intéressants sur le plan financier et faciles d'utilisation pour le navetteur.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be