Attentats de Bruxelles: les terroristes avaient réfléchi à viser un grand événement sportif de football ou à un kidnapping pour libérer Nemmouche

La cellule terroriste responsable des attentats du 22 mars 2016 avait réfléchi à viser l'Euro 2016 de football en France

Des policiers escortent les accuss dans un box lors du procs des attentats jihadistes de 2016
©Olivier Matthys

L'objectif était que l'événement organisé en France soit annulé. La cellule pensait aussi à kidnapper une ou deux personnes en vue de la libération de "frères" ou "soeurs" comme Mehdi salah, l'auteur de l'attentat au Musée juif de Belgique le 24 mai 2014. C'est ce qu'atteste un enregistrement audio de Najim Laachroui, l'un des kamikazes à Brussels Airport, diffusé mercredi matin devant la cour d'assises de Bruxelles.

Salah Abdeslam: "Je vais rester dans la cellule jusqu'au verdict" du procès des attentats de Bruxelles

Le fichier audio en question a été retrouvé sur l'ordinateur qu'avaient jeté les terroristes dans un sac poubelle rue Max Roos à Schaerbeek, d'où les kamikazes et l'accusé Mohamed Abrini sont partis vers l'aéroport le matin du 22 mars 2016.

Najim Laachraoui s'y adresse à "Abou Ahmed", le chef présumé de la cellule terroriste, qui se trouve apparemment en Syrie. Il s'agirait d'Oussama Atar, accusé devant la cour d'assises mais qui y fait défaut. Selon les enquêteurs, il est présumé mort au combat.

Najim Laachraoui énumère plusieurs idées d'attentats. Il avait ainsi pensé remplir une camionnette ou une voiture de 600 à 700 kg de TATP, pour la faire exploser.

Il explique ensuite que les "frères" préféreraient se focaliser sur la France. Et plus précisément sur l'Euro de football qui y a eu lieu aux mois de juin et juillet 2016. Ils auraient agi afin d'annuler la compétition. "Ce serait la première fois qu'un Euro serait annulé de cette façon", relève Najim Laachraoui dans son message audio, précisant que cela engendrerait des pertes financières importantes.

À ses yeux, une telle attaque servirait de "leçon à ceux qui s'engagent dans des frappes contre 'Dawla' (l'organisation terroriste État islamique, NDLR)".

Najim Laachraoui évoque ensuite un projet dont il a discuté avec les frères El Bakraoui: le kidnapping d'"une ou deux têtes" en vue de la libération de "frères" ou "soeurs" ayant "travaillé". Il cite comme exemple Mehdi Nemmouche, l'auteur de l'attentat au Musée juif de Belgique à Bruxelles, et Mohamed Bakkali, l'un des logisticiens des attentats de Paris. "Ce serait une grosse victoire pour 'Dawla'", ponctue le futur kamikaze.

"Cramés, on a agi dans la précipitation"

Se sentant "cramés", les auteurs des attentats du 22 mars 2016 à Brussels Airport et à la station de métro Maelbeek, qui ont fait 32 morts au total et des centaines de blessés, ont agi dans la précipitation, ont déduit les enquêteurs sur la base d'un fichier audio envoyé en Syrie par Ibrahim El Bakraoui et Najim Laachraoui. Dans cet extrait diffusé mercredi matin devant la cour d'assises de Bruxelles, les deux hommes expliquent que "la situation est telle qu'on ne peut plus retarder quoi que ce soit".

Le fichier audio en question, enregistré le 21 mars 2016, a été retrouvé sur l'ordinateur qu'avaient jeté les terroristes dans un sac poubelle rue Max Roos à Schaerbeek, d'où les kamikazes et l'accusé Mohamed Abrini sont partis vers l'aéroport le matin du 22 mars.

Najim Laachraoui et Ibrahim El Bakraoui, les deux kamikazes de l'aéroport, y détaillent la situation de la cellule. Ils y fixent la date des attentats, cette fois sans demander l'approbation de leur "émir", le chef de la cellule terroriste. Il s'agit de "Abou Ahmed", qui ne serait autre qu'Oussama Atar, accusé devant la cour d'assises mais qui y fait défaut. Selon les enquêteurs, il est présumé mort en Syrie.

Les deux terroristes expliquent leur précipitation par la diffusion de photos des frères El Bakraoui dans presse. "Les armes ont tardé", ajoutent-ils en outre. Ils vont dès lors utiliser les 130 kg de TATP, évoqués dans un précédent message audio. "La situation et telle qu'on ne peut plus retarder quoi que ce soit", insiste Najim Laachraoui.

Il n'y a plus de "frère" pour la logistique, "tout le monde est cramé", ajoute-t-il.

Najim Laachraoui et Ibrahim El Bakraoui évoquent les cibles dans leur message. Il s'agira du métro et de l'aéroport, où, selon un "frère", il y a des vols américain, russe et israélien dans la matinée. Acculée, la cellule perpétrera "cinq 'dougmas', direct", c'est-à-dire des attentats-suicides avec charge explosive.

Les deux terroristes disent encore avoir laissé des armes dans une cache pour des "frères". Ils détaillent alors leur arsenal, comprenant, entre autres, des kalachnikovs.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be