Belgique Le plan ne concerne que les plus petits bureaux de poste.

C’était dans l’air depuis un bon bout de temps : à partir de la rentrée de septembre, 207 bureaux de poste n’ouvriront plus que la moitié de la journée. Près d’un tiers des bureaux sont donc concernés. Il s’agit en réalité des plus petits bureaux, nécessitant l’emploi d’une seule personne. Le détail de la mesure n’est pas encore connu. Certains bureaux pourraient n’ouvrir que trois heures par jours, d’autres quatre, etc.

Prévue pour être lancée en juin, cette mesure prévue dans le plan de restructuration annuel de bpost a été confirmé par le ministre en charge de la Poste Alexander De Croo (Open-VLD) à la Chambre ce mercredi. "Je confirme que bpost réfléchit effectivement à une adaptation des heures d’ouverture des bureaux de poste. Les autres canaux de distribution ne sont pas concernés par cette réflexion […]", a-t-il déclaré avant d’ajouter que "bpost est par ailleurs obligée de garder ses bureaux ouverts plusieurs fois par semaine en dehors des heures de bureaux".

"Au départ, 220 bureaux étaient concernés", explique le secrétaire général secteur Poste de la CGSP Jacques Lespagnard. Au SLFP, "on est contre", martèle le président du SLFP-VSOA Poste Marc De Mulder. "Nous avons demandé des explications à ce sujet et la vision à long terme de la direction".

La CGSP s’oppose aussi à cette mesure mais rappelle que ce point "figure dans le plan de restructuration annuel de bpost".

Pas de courrier dans tout le pays

Pas la peine d’aller pêcher votre courrier dans votre boîte aux lettres ces lundi et mardi, les services postaux sont en grève, au sud comme au nord du pays. Lancé par la CGSP et suivi par la CSC, le mouvement de grève s’annonce massif. Seule ombre au tableau syndicaliste, les libéraux laissent à leurs affiliés une totale liberté d’action. Et les couvriront s’ils débrayent. "Il s’agit d’une grève d’avertissement car il faut que les choses changent", explique le secrétaire général de la CGSP en charge du secteur postal Jacques Lespagnard. "Il est primordial d’envoyer un message fort à la direction." Du côté des libéraux, on trouve cette journée de grève "un peu précipitée". "On vient d’entamer des négociations pour cette année et l’année prochaine", explique le président du SLFP-VSOA Poste Marc De Mulder. "De plus, cette action va se noyer dans les autres actions de ce lundi."

Pour mémoire, cela fait six ans que bpost n’avait pas mené une action de grève nationale de 24 heures.