"Nous sommes confrontés à de grandes difficultés, avec beaucoup de dossiers incomplets ou erronés" en raison d'une "totale méconnaissance" du système et "des difficultés à introduire les données nécessaires" malgré l'aide apportée, a expliqué Elio Di Rupo alors qu'il était interrogé sur le sujet par François Desquesnes (Les Engagés).

"Nous continuons à envoyer des rappels, à demander des compléments d'informations, à travailler avec les communes qui font un boulot formidable", a-t-il ajouté. Le Fonds des calamités a également vu ses effectifs renforcés, une quarantaine de personnes y étant actuellement employées.

Parallèlement, quelque 57.000 dossiers sont ouverts auprès des compagnies d'assurances, a poursuivi le ministre-président. L'estimation des dégâts atteint désormais "un peu plus de 2 milliards d'euros" et 1,3 milliard a été effectivement payé. "Nous ne sommes donc pas encore à la clause de rendez-vous avec les assureurs", fixée à 1,5 milliard d'euros payé, a-t-il enfin expliqué.