C'est dans ce cadre que la ministre en charge de l'Egalité des chances, Christie Morreale, s'est rendue vendredi matin chez Biofarm Rigot, une ferme bio située à Waremme qui est l'un des nombreux partenaires de ce projet. Elle est gérée par un couple, Elodie Kunzi et Damien Rigot.

Environ 5.000 enfants sont concernés par cette initiative dont le but est de lutter contre la pauvreté et de permettre l'accès à une alimentation saine, comme le détaille la ministre wallonne socialiste. "On sait que plus on est précarisé, plus on a tendance à consommer des produits de mauvaise qualité. Ici, on essaye de corriger ça à l'école avec des collations gratuites qui vont remplacer les sucreries. Si on sait remplacer le coca par du jus de carotte, on aura gagné quelque chose." Cette action permettra également de faire vivre dignement les producteurs locaux en les rétribuant à un "prix juste".

Deux fois par semaine pendant deux ans, 400.000 collations gratuites comme des potages, salades de fruits, légumes en bâtonnet, jus de fruits et légumes frais seront ainsi distribuées aux enfants. "On sait que certaines écoles avaient des freins, parce qu'il n'y avait pas de cuisine sur place, ici on résout le problème puisqu'on vient avec un projet clé sur porte", conclut la ministre esneutoise.

C'est le collectif "Développement des cantines durables" qui est à l'origine de cette initiative. Ce dernier est composé de sept partenaires dont la "Ceinture Aliment-Terre liégeoise". Active dans les cinq provinces wallonnes, l'association travaille déjà avec une cinquantaine d'écoles afin d'y assurer un accès à une alimentation saine. Sa représentante, Sylvie Deschampheleire, se dit heureuse de pouvoir apporter son expertise de terrain et de participer à la création de cette filière qui ira du producteur jusque dans les assiettes des écoliers.