À l’initiative de la Ministre Glatigny (MR), le Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a décidé de mettre en place un plan d’aide à la réussite spécifique aux étudiants de BAC1, doté d’un montant de 6.000.000 euros.

"Les étudiants de première année de premier cycle ont terminé leurs études dans l’enseignement secondaire dans un contexte de crise sanitaire, et ont dû commencer leurs parcours universitaires à distance. Or, la transition entre l’enseignement secondaire et l’enseignement supérieur est une période charnière pour permettre aux étudiants de développer leur autonomie et s’inscrire dans un parcours de réussite. Il est essentiel de soutenir les étudiants de BAC1 qui se trouveraient en difficultés pédagogiques à l’issue de la session d’examen de janvier", souligne la Ministre Glatigny dans un communiqué.

Ces fonds supplémentaires permettront aux établissements d’enseignement supérieur de proposer des activités supplémentaires de remédiation, des tutorats, des sessions d’exercice en petit groupe. L’objectif est d’aider les étudiants à vaincre les difficultés qu’ils pourraient rencontrer, et les préparer à aborder la suite de leur parcours académique.

Au besoin, les établissements pourront proposer des contrats notamment à des étudiants et/ou des assistants pour assurer la mise en place de ces dispositifs, permettant ainsi à des jeunes de limiter l’impact d’une perte de job d’étudiant.

Toujours à l'initiative de Valérie Glatigny, le gouvernement a également décidé de renouveler son soutien aux étudiants impactés financièrement et psychologiquement par la crise sanitaire en renforçant par un nouveau montant de 2.285.000 euros les subsides sociaux octroyés aux universités, hautes écoles et écoles supérieures des arts.

Ces fonds permettront aux étudiants en difficulté de bénéficier d’une aide directe et individualisée que ce soit pour les études, les repas, les loyers, les frais de déplacement, les frais informatiques ou des consultations psychologiques.

Ce nouveau financement, comme les deux précédents, est réparti entre les institutions en fonction du nombre d’étudiants boursiers, de condition modeste et payant les droits d’inscription complets 2019-2020. Un montant minimal est, en outre, garanti aux institutions de petite taille, telles que les écoles supérieures des arts, afin qu’elles disposent de moyens suffisants pour aider leurs étudiants.

Une attention particulière sera portée au soutien psychologique. Les établissements sont encouragés à rembourser les consultations auprès d’un professionnel de la santé.

Les étudiants en difficulté sont invités à contacter les services sociaux de leur établissement pour bénéficier de soutien dans cette période difficile.

Par ailleurs, un travail de centralisation de l’information sur les différentes aides disponibles via les différents niveaux de pouvoir a été effectué par la Ministre Glatigny en collaboration avec les administrations de la jeunesse et de l’enseignement ainsi que les pôles académiques. Leurs sites internet rassemblent maintenant ces informations utiles pour les étudiants.