La question est sur les lèvres de tous les Belges: quand entrerons-nous dans la phase de déconfinement?

La réponse dépend évidemment de l'évolution de l'épidémie de coronavirus. Mais dans son édition de mardi, le journal Le Soir, qui a interrogé le ministre de la Santé Frank Vandenbroucke, indique que les plans de gestion de crise et de déconfinement seront plus stricts que lors de la première vague. En d'autres termes: il faudra se montrer très patient.

Mais concrètement, à quoi faut-il dès lors s'attendre? Si Frank Vandenbroucke a refusé de donner des estimations, nos confrères, qui ont consulté plusieurs experts de l'entourage du ministre de la Santé, précisent qu'un retour à une vie normale pourrait intervenir quand nous serons redescendus à un chiffre de 50 contaminations par jour. Quand on sait que lors des sept derniers jours, il y a encore eu plus de 8000 contaminations quotidiennes, on se doute que ce déconfinement n'est pas pour tout de suite. D'autant plus que depuis la mi-mars, la barre des nouvelles contaminations quotidiennes n'est descendue sous ce seuil de 50 contaminations quotidiennes qu'à moins de 10 reprises seulement, au coeur de l'été, alors que les unités Covid étaient pratiquement vides...

Mais pourquoi attendre ce chiffre de 50 cas par jour? Pour le biostatisticien Geert Molenberghs, interrogé par Le Soir, ce seuil permettrait un tracing efficace mais aussi de repérer et contenir les sources de contaminations. Si les grands événements ne pourraient toujours pas avoir lieu, certaines activités de loisirs pourraient alors tout de même reprendre.

Quant à savoir quand la Belgique sera redescendue à ce nombre minimum de cas quotidiens, c'est très difficile à dire. Pour Marc Van Ranst, cela pourrait prendre des dizaines de semaines. “Il est plus facile d’assister à une hausse exponentielle du virus qu’à une baisse exponentielle”, résume-t-il à nos confères.