Le comité ministériel restreint a dégagé dans la nuit de lundi à mardi un accord sur le principe du verdissement du parc des voitures de société, a confirmé à Belga le porte-parole du Premier ministre Alexander De Croo. A partir de 2026, seuls des véhicules de société électriques pourront bénéficier d'un avantage fiscal, a-t-il été établi.

En substance, les contrats existants ne seront pas remis en cause, selon le porte-parole. Le gouvernement souhaite créer un "cadre stable et clair" afin que les entreprises et les employés puissent prendre des décisions d'achat et d'investissement en connaissance de cause.

"C'est un pas important dans le verdissement de la flotte de voitures et la durabilité de la mobilité", a commenté mardi matin, dans l'émission de Ochtend (vrt), le ministre des Finances, Vincent Van Peteghem.

En avril, ce dernier avait mis sur la table une proposition visant à supprimer progressivement les avantages fiscaux pour les nouvelles voitures de société qui ne sont pas neutres en carbone. Des voitures électriques ou d'autres véhicules neutres en émission seraient toutefois déductibles fiscalement à 100% dans un premier temps avant que cette déductibilité ne soit peu à peu ramenée au niveau établi actuellement pour les voitures roulant à l'essence ou au diesel.

L'impact budgétaire de cette mesure sera "suivi de très près", a par ailleurs assuré le ministre Van Peteghem.

Une réduction d'impôt pour les investissements dans les infrastructures de recharge à domicile ou dans les lieux publics est également prévue. Les installations de bornes de rechargement à domicile conduiront ainsi à une réduction d'impôts entre 2022 et 2024. "En 2022, il s'agira d'une réduction de 45%, puis de 30% en 2023 et de 15% l'année suivante", a précisé le ministre.

Dans les rangs de la majorité, le MR a déjà fait part de sa satisfaction. "Très bon accord sur les voitures de société, qui pérennise durablement le mécanisme en passant progressivement à un parc automobile 0 émission. Cela fera baisser la fiscalité pour les travailleurs et augmentera leur pouvoir d'achat sans augmenter le coût pour les entreprises", a ainsi tweeté le président des libéraux francophones, Georges-Louis Bouchez.

"Les véhicules utilitaires sont totalement exclus de la réforme pour plus de souplesse pour ce segment spécifique. Enfin, une clause de rendez-vous annuelle est prévue afin d'adapter si besoin la réforme à l'évolution du marché. D'ici là, il faut investir dans l'installation de bornes rechargeables et garantir à la Belgique un approvisionnement électrique fiable, performant et économique", a-t-il ajouté.