"Nous prenons nos responsabilités", souligne-t-on dans les rangs du front commun syndical. L'action syndicale est liée aux négociations avortées sur un accord interprofessionnel 2021-2022. Le front commun dénonce la marge salariale de 0,4%, qualifiée "d'aumône", surtout dans le secteur chimique, habitué à des conditions salariales intéressantes.

"Le secteur chimique, qui comprend notamment les entreprises pharmaceutiques, était considéré comme une activité essentielle durant la crise du coronavirus. Les travailleurs ont dû faire leur travail ces derniers mois dans des conditions très difficiles. Ce sont eux qui ont continué à faire tourner l'économie. Ils méritent d'être récompensés pour cela, pas seulement avec des mots mais aussi avec le salaire", estiment les syndicats.