La chef de groupe CDH à la Chambre, Catherine Fonck, a critiqué hier soir à la RTBF, le patron du SPF Mobilité, Laurent Ledoux (pourtant étiqueté CDH...). Voici la réponse que Laurent Ledoux adresse à l'ancienne secrétaire d'Etat à la Mobilité qui avait remplacé Melchior Wathelet à ce poste dans les derniers moments du gouvernement Di Rupo.

"J’ai pris connaissance avec indignation des déclarations de Madame Fonck qui, dans le but de critiquer Madame la Ministre Galant a cru devoir soutenir que j’étais coupable antérieurement de violations de la législation relative aux marchés publics , qu’elle en avait informé Madame la Ministre Galant, cette dernière n’ayant prétendument rien fait et ne m’ayant fait aucun reproche à l’occasion de mon évaluation.

Je ne comprends pas comment Madame Fonck peut prétendre connaître des documents d’évaluation qui ne sont pas publics. Pour le reste les choses sont claires. Le prédécesseur de Madame Fonck avait cru devoir prendre à mon égard une mesure de retrait de délégations en n’hésitant pas à colporter des rumeurs relatives à de prétendues malversations. J’ai saisi le Conseil d’Etat d’un recours contre cette décision qui était manifestement illégale. Le secrétaire d’Etat Wathelet a explicitement reconnu cette illégalité en retirant cette décision.

J’ai été entendu, ensuite par Monsieur Wathelet et Madame Fonck et me suis expliqué dans les détails. Je les ai très certainement convaincus puisqu’ils n’ont pris aucune décision. Les griefs d’inaction qu’elle fait aux autres devraient être dirigés contre elle même qui n’aurait certes pas manqué d’agir s’il y avait eu matière à le faire.

Cette manière d’utiliser un fonctionnaire pour critiquer un Ministre n’est pas seulement inélégante. Dans les circonstances de l’espèce elle est inadmissible."


Catherine Fonck réagit

"Je suis étonnée de la teneur des propos de M. Ledoux. Je m'étais d'ailleurs déjà exprimée au sujet de mes doutes sur le respect des procédures de marchés publics au SPF Mobilité dans La Libre du week-end dernier. Lorsque j'étais secrétaire d'Etat, j'avais mandaté l'Inspection des Finances pour qu'elle enquête. Nous avions auditionné M. Ledoux mais n'avions pas pu prendre de décision le concernant par manque de temps car cela avait eu lieu la... veille de la prestation de serment du nouveau gouvernement. J'avais informé Madame Galant de cette situation mais je constate qu'après son évaluation il y a quelques mois, M. Ledoux est resté en place. C'est que son évaluation par Madame Galant ne devait pas être si mauvaise que cela..."