Dans le Limbourg, 190 personnes (120 militaires, 60 policiers et 10 membres de la protection civile), assistées de 14 chiens, participaient vendredi à une opération de recherche à Lanklaar et Eisden pour retrouver le militaire d'extrême droite en cavale Jürgen Conings, a indiqué vendredi le parquet fédéral. Cette action doit permettre d'apporter plus de clarté dans l'affaire, alors que plus de 20 pistes sont actuellement investiguées.

Sous la supervision d'Alain Remue de l'Unité des personnes disparues de la police fédérale, des militaires ont commencé à ratisser en ligne, vers 09h00 vendredi matin, une zone industrielle le long de la Bekaertlaan à Lanklaar (Dilsen-Stokkem, Limbourg). La raison de cette opération de recherche à cet endroit n'a pas été précisée par le parquet fédéral.

Ces recherches ont pris fin vers 17h15, a indiqué le porte-parole du parquet fédéral, Eric Van Duyse. Rien d'intéressant n'a été trouvé, a-t-il ajouté. Ces deux pistes peuvent désormais être abandonnées, a déclaré M. Van Duyse, qui n'a pas précisé si d'autres recherches seront effectuées dans les prochains jours.

Les forces de l'ordre recherchent depuis près de trois semaines Jürgen Conings, un militaire de 46 ans répertorié comme "extrémiste potentiellement violent" par l'Organe de coordination pour l'analyse de la menace (Ocam). Le fugitif armé avait menacé de s'en prendre aux structures de l'État, à une mosquée et à plusieurs personnalités, dont le célèbre virologue Marc Van Ranst.

Une chasse à l'homme a alors été lancée. Un juge d'instruction a été saisi pour tentative d'assassinat dans un contexte terroriste et infractions à la législation sur les armes dans un contexte terroriste.