Belgique En Wallonie, la ministre De Bue ne voit pas de raison d’interdire les relations amoureuses au sein de l’administration.

Le sujet a fait polémique aux États-Unis et ailleurs depuis dimanche et fait des vagues jusqu’en Flandre. Pour rappel, le géant américain du fast-food McDonald’s a annoncé s’être séparé de son directeur général Steve Easterbrook, le conseil d’administration ayant considéré qu’il avait commis une erreur de jugement en engageant récemment une "relation consentie " avec un membre du personnel de l’entreprise. L’entreprise assurait par ailleurs, dans le communiqué annonçant ce départ, que cette décision n’avait "pas de rapport avec la performance opérationnelle ou financière de l’entreprise". M. Easterbrook est depuis lors remplacé par Chris Kempczinski, jusqu’alors responsable des activités de McDonald’s aux États-Unis.

Et voilà que cette histoire vient faire l’actualité en Flandre, avec des déclarations du ministre régional en charge des Affaires intérieures et du Vivre ensemble, Bart Somers (Open VLD). Ce dernier indique vouloir s’aligner sur le géant du fast-food en interdisant les relations amoureuses entre employés et supérieurs hiérarchiques au sein de l’administration flamande, indique Het Laatste Nieuws dans ses pages.

Une décision que la Wallonie ne devrait pas suivre. Nous avons contacté le cabinet de la ministre de la Fonction publique, Valérie De Bue, où on nous a donné une réponse claire. " Ce n’est pas du tout à l’ordre du jour au sein de l’administration wallonne, assure Jean-Philippe Lombardi, porte-parole de Valérie De Bue. Pour tout vous dire, cela n’a même jamais fait l’objet d’une discussion, même en cas de rapport hiérarchique entre les personnes concernées. "