Belgique

Le nouveau ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles était l'invité de Bel RTL ce mardi matin.

Avant la prestation de serment du nouveau gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, le ministre-président Pierre-Yves Jeholet (MR) a fait un détour par le studio de Bel RTL. Au micro de Fabrice Grosfilley, le libéral s'est exprimé sur "la grande fierté" que lui procurait l'idée de présider ce gouvernement, dont les thèmes principaux sont notamment la culture et l'enseignement.

Quelques heures en amont de son discours de politique communautaire, il a rappelé "combien l'enseignement et la formation sont des priorités pour le redéploiement économique en Wallonie et à Bruxelles."

L'ex-ministre wallon de l'Économie et de l'Emploi s'est en outre épanché sur l'affaire Nethys qui secoue à nouveau le monde médiatique, près de trois ans après le scandale Publifin, en raison du manque de transparence d'Enodia (ex-Publifin, depuis 2018 et maison-mère de Nethys) à propos de la vente de Voo, le cablo-distributeur belge au fonds d’investissement américain Providence. À cette vente, s'est ajoutée celle de la filiale Win.

Sur la question, Pierre-Yves Jeholet a déclaré: "Je suis un peu surpris que les administrateurs d'Enodia aient été peu au courant [de la vente secrète de Voo le 24 mai dernier, soit quelques jours avant les élections fédérales et régionales en Belgique]." À cela, il ajoute: "On est d'accord sur la valorisation des actifs de Voo, mais ce que je reproche à Enodia, c'est son opacité. J'espère qu'on luttera pour que les lois sur les conflits d'intérêts soient bien respectées."