Belgique

Le deuxième des dix jours de fête qu'organise chaque année la cité des Comtes a attiré 115.000 visiteurs, soit 35.000 de moins que le 2e jour des Gentse Feesten 2018. L'événement "tombe cette année à la fin du mois de juillet, ce qui est très tard", commentait dimanche la "bourgmestre des Fêtes" 

Annelies Storms (sp.a) pour expliquer ce succès modéré. La ville se préparait en outre à la vague de chaleur qui s'apprête à déferler sur les festivaliers. "Les Gentse Feesten tombent cette année une semaine plus tard que la précédente édition. Nombreux sont ceux qui sont partis en vacances, ou en reviennent, nous n'avons pas vraiment d'autre explication", a réagi Annelies Storms.

Alors que l'Institut royal météorologique (IRM) prévoit une nouvelle vague de chaleur la semaine prochaine, avec un mercure à 27°C lundi, 31°C mardi et jusqu'à 35°C mercredi et jeudi, les organisateurs et la Ville ont pris une série de mesures pour assurer la sécurité des fêtards.

Deux fontaines d'eau potable vont ainsi être installées afin que les festivaliers puissent se rafraîchir gratuitement. Les visiteurs de la cité des Comtes qui ne se sentiraient pas bien peuvent en outre se rendre dans l'un des postes de secours tenus par la Croix-Rouge et la Croix-Flamande entre 14h00 et 6h00 du matin.

Samedi, 152 fêtards ont écopé d'une amende de 120 euros pour avoir uriné sur la voie publique. De nouvelles toilettes ont été installées dimanche matin pour réduire les files et éviter ces situations. La police a par ailleurs procédé à 12 arrestations, huit pour ébriété et quatre pour des troubles à l'ordre public.

Dimanche, le ciel se parera de couleurs pendant une vingtaine de minutes lors du feu d'artifice à Portus Ganda, à 23h00.