Ce lundi RTL a publié une information selon laquelle un rappeur français, dont l'identité n'a pas encore été dévoilée, aurait activement participé à une bagarre avec des jeunes Bruxellois qui, initialement, étaient venus lui demander une photo : " Il ne voulait pas être dérangé, donc ça a dégénéré. J'ai entendu des cris, j'ai vu que mon ami était pris à parti et essayait de se défendre." explique le témoin. Un coup de couteau a même été donné au niveau de la cuisse.

La victime de ce coup de couteau, un jeune de 17 ans, a porté plainte et livre une version des faits étonnement différente : "Je le connais ce rappeur de vue, mais je ne suis pas un fan. Je marchais dans la rue, vers chez moi. Un groupe de gars m'a coursé, ils m'ont agressé et j'ai essayé de me battre contre eux. Ils m'ont mis à terre, et m'ont planté quand j'étais au sol." Il nie donc avoir demandé une photo et explique qu'il a été pris en chasse suite à une vitre cassée du logement dans lequel le rappeur résidait : "Quelqu'un a cassé la vitre de son Airbnb et ils ont cru que c'était moi. C'est pour ça qu'ils m'ont coursé."

Quatre personnes inculpées puis relâchées, une enquête a été ouverte

Contacté par nos collègues de RTL le parquet déclare que d'après les premiers éléments de l'enquête le rappeur français en question et ses trois amis ont été agressés en premier lieu par des jeunes du quartier et avaient d'ailleurs appelé la police à deux reprises avant que la situation ne dégénère, une toute autre version que celle du témoin et de la victime du coup de couteau :

"Le 20 mars 2021 vers 23h, les services de police sont appelés pour une bagarre au couteau dans le quartier Josaphat. Des premières informations récoltées il semblerait que suite à des agressions répétées de jeunes du quartier à l’égard de touristes français, qui avaient déjà appelé deux fois la police à l’aide, des coups ont finalement été échangés, à l’occasion desquels un jeune a été blessé par un coup de couteau. La victime a rapidement été prise en charge par les services de secours. Ses jours n’étaient pas en danger et elle a pu quitter l’hôpital dans le courant de la nuit. Les jeunes français ont été arrêtés peu de temps après, alors qu’ils revenaient à l’appartement qu’ils avaient loué pour quelques jours, non loin du lieu des faits."