Lors de la conférence de presse du Comité de concertation de ce lundi, le Premier ministre Alexander De Croo (Open VLD) a également eu l'occasion d'aborder le sujet extrêmement sensible de la grève de la faim qui se tient actuellement à l'Eglise du Béguinage et sur les campus de l'ULB et de la VUB par des sans-papiers qui demandent une régularisation. PS et Ecolo ont annoncé ce lundi qu'ils démissioneraient du gouvernement s'il y avait des morts parmi les grévistes de la faim.

"Nous parlons aujourd'hui de 31 personnes qui sont décédées dans les inondations, de centaines de maisons qui ont été détruites et de milliers de personnes sans logement. La dernière chose dont les gens ont besoin, c'est une crise politique", a réagi le Premier ministre. "Je ne peux pas imaginer que quelqu'un de sensé à un moment comme celui-ci prenne des décisions qui rendrait la situation dans laquelle nous nous trouvons encore plus pénible. Ce que nous attendons de nous est de trouver des solutions et non pas de créer des problèmes".

Alexander De Croo a tenu à préciser qu'il n'y avait pas d'inaction de la part du gouvernement fédéral et a précisé toutes les démarches prises depuis le début du mois, dont la création d'une zone neutre, les discussions avec les porte-paroles et la société civile et la désignation d'un envoyé spécial de la part du Secrétaire d'Etat à l'Asile et à la Migration Sammy Mahdi (CD&V). "Ceux qui disent que rien ne se passe devraient faire plus attention", a-t-il ajouté, en précisant qu'il faisait "confiance à 100%" au secrétaire d'État.

"Mais les procédures et les règles sont applicables à tout le monde et sont les mêmes pour tous", a conclu le Premier.