Hier, le gouvernement bruxellois a confirmé que les véhicules diesel, à partir de 2030, et essence, dès 2035, seraient bannis de la capitale. Selon Alexia Bertrand, il s'agit d'une excellente idée: "C'est dans le sens de l'histoire, nous soutenons pleinement l'objectif", affirme-t-elle.

Cependant, elle déplore le manque d'alternatives proposées aux Bruxellois: "Je ne peux que me désoler de voir qu'il s'agit que d'un effet d'annonce. Il n'y a pas de propositions."

Selon elle, des villes sont nettement plus crédibles dans leurs objectifs: "Comme Amsterdam", pointe-elle, "où l'on va vers 20.000 bornes électriques. En 2025 déjà, ils vont sortir des combustibles fossiles pour les véhicules utilitaires légers, pour les flottes qui sont captives comme les taxis. Aujourd'hui, à Bruxelles, il y a 161 bornes électriques et on doit arriver à 11.000 bornes à l'échéance 2035. Il n'y aucun plan, aucune feuille de route détaillée", assène Alexia Bertrand.

"Ce n’est pas sérieux et pas professionnel. Il n’y a aucune préparation. Des gens sont encore tributaires de leur voiture pour travailler, pour se déplacer. Pour les indépendants, par exemple, il faut une mesure qui les accompagne. Cette situation me fait penser à des citoyens qui enverraient leur faire-part de mariage sans avoir réserver le lieu, les alliances et le traiteur. C'est facile d'avoir de grandes idées mais le travail ingrat de préparation, de fond, c'est celui-là qu'on attend du gouvernement bruxellois", martèle-t-elle.

"Je pense qu'on doit effectivement aller vers une empreinte moins grande de la voiture en ville mais certains déplacements doivent encore être réalisés en voiture. Mais aujourd'hui, je ne sais pas vers quoi je dois aller: vers une voiture électrique, hybride, à hydrogène ? Quelle est la vision du gouvernement bruxellois ?", s'interroge-t-elle.

La gestion bruxelloise du coronavirus

La Flandre va passer zone verte alors que Bruxelles et la Wallonie reste à l'orange. Comment expliquer de telles disparités entre les Régions ?

Selon la cheffe de groupe MR, il faudrait mettre l'accent sur une campagne de proximité: "Je pense que c'est une bonne nouvelle que la Flandre passe au vert. Cela montre qu'il faut continuer les mesures de proximité, convaincre les habitants de se faire vacciner. On ne le fait pas assez à Bruxelles. On a un train de retard et il fallait aller dans les zones où l'on sait que c'est plus compliqué. Il faut une campagne de terrain", conclut Alexia Bertrand.