Ambiance mitigée au parlement wallon, entre joie et déception

Publié le - Mis à jour le

Belgique

Les ministres-présidents Demotte et Picqué ont prêté serment devant le roi


Les 8 ministres wallons de l'Olivier ont prêté serment

Participez à nos sondages


La liste complète des ministres

Remaniement au fédéral


NAMUR Il régnait une ambiance particulière ce jeudi matin au parlement wallon où les nouveaux ministres du gouvernement prêtaient serment. D'une part, les "heureux", parmi lesquels les nouveaux élus Ecolo, Jean-Marc Nollet et Philippe Henry, ainsi que la présidente du parlement, Emily Hoyos.
De l'autre côté, les "déçus", comme l'Ecolo Bernard Wesphael, qui revendiquait le perchoir, Julie Fernandez Fernandez (PS), qui laisse son poste de secrétaire d'Etat au fédéral à Philippe Courard, et ce dernier, contraint d'abandonner son portefeuille wallon.

Les "jeunes" Ecolos avaient le sourire. Tant Philippe Henry que Jean-Marc Nollet ont affirmé leur joie d'intégrer le gouvernement wallon, d'autant que les compétences qui leur sont attribuées sont importantes (énergie, développement durable, logement, fonction publique, environnement, transports, etc).

Enceinte d'un peu plus de 8 mois, Emily Hoyos a quant à elle rejoint le perchoir avec fierté. Elle a manifesté son "humilité" et son "volontarisme". Elle a fait part de sa volonté de voir une Wallonie "plus durable, plus humaine et plus solidaire".

Images: le nouveau gouvernement bruxellois

Images: le nouveau gouvernement de la Communauté française

Images: le nouveau gouvernement wallon



La jeune femme doit accoucher dans 3 semaines. Il est fort probable que le parlement soit privé de sa présidente lors de sa rentrée. "On va s'organiser et je vais rentrer progressivement dans ma fonction", a-t-elle expliqué. En son absence, c'est un des deux vice-présidents socialistes, Léon Walry ou Sophie Pécriaux, qui devrait présider.

Les Verts n'avaient cependant pas tous le sourire ce jeudi. C'est plutôt l'amertume qui était de mise chez le député liégeois Bernard Wesphael. Déjà élu lors de la précédente législature, il était cette fois candidat à la présidence de l'assemblée. Il devrait finalement garder uniquement son statut de chef de groupe.

"Je suis très déçu. Les négociations menées par Ecolo ont été bonnes mais le casting est mauvais. Ce sont des jeunes, qui manquent d'expérience, et qui de plus sont tous issus de la FEF (la Fédération des étudiants francophones, NDLR) et ont donc une connotation catholique", a-t-il regretté.
Du côté socialiste, on notait l'absence de Michel Daerden, envoyé au fédéral pour traiter des pensions en lieu et place de Marie Arena. Son nom était cependant sur toutes les lèvres ce jeudi, d'aucuns, tant au PS qu'au cdH, s'étonnant de ce que l'ancien ministre liégeois, qui a réalisé l'excellent score de plus de 65.000 voix, a été privé d'un mandat wallon.

"Michel Daerden est un homme de chiffres et cela nous rassure de savoir qu'il sera au fédéral pour contrôler le budget alloué aux entités fédérées", a expliqué le président du PS Elio Di Rupo pour justifier son choix.
D'autres y voient plutôt une "gifle" pour celui que les Ecolos avaient d'emblée souhaité écarter.

Le futur ministre des Pensions a fait savoir qu'il ne souhaitait pas réagir ce jeudi. Il le fera vendredi, après sa prestation de serment.
Prêtant serment en tant que députée, Julie Fernandez-Fernandez, débarquée de son siège de secrétaire d'Etat, trouvait également que la fédération liégeoise du PS était bien mal récompensée. Elle devrait retrouver un échevinat à la Ville de Liège.

Le socialiste Philippe Courard, appelé à remplacer Julie Fernandez-Fernandez au fédéral, nageait pour sa part entre crainte et satisfaction. "C'est un nouveau défi mais j'ai un peu peur", a-t-il remarqué, soulignant qu'il ne s'attendait pas du tout à "monter" au fédéral.

"Je pensais soit n'avoir rien du tout, soit rester à la Région ou aller à la Communauté. Mais je ne pensais pas du tout au fédéral", a-t-il expliqué. Le Luxembourgeois se sentait bien à la Région et trouvait ses marques dans ses compétences. Il redoute d'affronter le parlement fédéral. "Mais c'est une belle expérience", a-t-il précisé, annonçant que sa première mission serait de suivre des cours accélérés de néerlandais.

Les ministres-présidents Demotte et Picqué ont prêté serment devant le roi

Rudy Demotte et Charles Picqué ont tous deux prêté serment mercredi en fin de matinée au château de Laeken, dans les mains du roi Albert II, le premier en tant que ministre-président du gouvernement wallon, le second en tant que ministre-président du gouvernement de la Région de Bruxelles-capitale. Le duo socialiste a prêté serment en présence du premier ministre Herman Van Rompuy, précise un communiqué du Palais royal.

© La Dernière Heure 2009