Ce week-end, la ministre de l'Intérieur Annelies Verlinden a participé à un test de sélection physique organisé par la police fédérale. Seul petit problème, ce dernier s'est déroulé dans une salle de sport à Gand, à l'intérieur donc, alors que les sports en salle sont interdits au public en raison des mesures gouvernementales actuelles. Ce test était destiné à tous les candidats souhaitant rejoindre la polie fédérale et avait pour but de les préparer au mieux aux épreuves de sélection.

Annelies Verlinden s'était elle aussi prêtée à l'exercice et a souhaité partager ce moment sur les réseaux sociaux. Sur plusieurs photos, on la voit se soumettre au "bip test", un exercice de course et de vitesse. Les internautes se sont offusqués qu'une telle activité se soit déroulée à l'intérieur. Plusieurs coachs sportifs, privés de toute activité depuis le mois d'octobre, ont accusé Annelies Verlinden d'un manque d'empathie à l'égard de tout le secteur.


"Honteux"

"Fermé depuis la mi-octobre et toujours pas de perspectives. Deux poids, deux mesures. Honteux", commente un entraîneur personnel de Saint-Nicolas. "Eh bien, vous aimez le sport à l'intérieur ... Alors pourquoi interdisez-vous le tennis en salle? Au fait, vous pouvez toujours rembourser mon loyer perdu pour le terrain. Soit 150 €. Contactez moi en privé pour le numéro de compte bancaire", commente de son côté un entraîneur de tennis. "L'illustration parfaite d'un problème de société. Ceux qui donnent des conseils sur les règles, ceux qui émettent les règles et ceux qui en font rapport... ne sont guère gênés par les règles. L’élite du coronavirus au travail...", répond quant à lui le constitutionnaliste Hendrik Vuye.

© Belga


Face à toutes ces remarques, la porte-parole du cabinet de la ministre a fait savoir que ce test avait été réalisé de manière "anti-corona" et se réfère pour la suite à la police fédérale. Nathalie Adam, la responsable du recrutement à la police fédérale, a de son côté expliqué que le test avait en effet été adapté en raison du coronavirus. De fait, ce dernier consistait normalement en la mise en place d'un parcours d'obstacles à l'intérieur. Étant donné que les organisateurs ne pouvaient pas garantir une désinfection optimale du matériel, cette épreuve a été remplacée par le bip test, une activité "plus sûre" puisqu'elle ne nécessite aucun accessoire.

"Seuls dix candidats sont admis. Après chaque séance, tout est désinfecté avant que les nouveaux candidats ne se rendent à la ligne de départ. La proposition a été approuvée par notre conseil de prévention. Cette initiative est nécessaire pour pouvoir effectuer des recrutements suffisants", explique la responsable. Elle a poursuivi en affirmant que si ce test pouvait se réaliser à l'extérieur en fonction des conditions météorologiques, il pouvait néanmoins se réaliser à l'intérieur sans aucun risque si la limite des dix candidats était respectée.