Belgique

Kris Van Dijck, président du parlement flamand du 18 juin au 11 juillet qui a dû s'effacer en raison de révélations par P-Magazine concernant une fraude présumée, détient des éléments qui prouvent son innocence, a déclaré vendredi son avocat Walter Damen dans un communiqué.

Le parlementaire N-VA est disposé à collaborer à une éventuelle enquête, a ajouté son conseil. M. Van Dijck avait démissionné jeudi, après avoir été mis en cause par le magazine à sensation 'P-Magazine' pour avoir sollicité l'ex-ministre fédéral de l'Emploi, Kris Peeters (CD&V), dans un dossier de faillite douteuse impliquant une prostituée. M. Van Dijck était déjà fragilisé pour avoir provoqué le 3 juillet un accident de voiture en sortant d'un café où il avait trop bu.

Me Damen a souligné que le parlementaire N-VA était conscient d'avoir commis une faute en conduisant sous influence de l'alcool. "Mais l'histoire d'une prétendue fraude sociale et d'une intervention illicite dans le dossier de l'escorte est démentie formellement", a-t-il insisté.

"La défense dispose des pièces nécessaires pour montrer qu'aucune irrégularité n'a été commise. Ces documents seront transmis aux instances compétentes. M. Van Dijck coopérera pleinement à une éventuelle enquête et répondra à toutes les questions des autorités compétentes", a poursuivi l'avocat.

Me Damen demande enfin de respecter la vie privée de Kris Van Dijck, surtout dans le cadre d'une possible enquête. "Aucun autre commentaire ne sera fait afin de restaurer la sérénité" des débats.