Le groupe CD&V s’est réuni ce jeudi matin à la Chambre, comme c’est l’habitude chaque semaine. Les députés du groupe étaient présents ainsi que le président Joachim Coens, mais aussi les ministres, dont Pieter De Crem. Au cours de cette réunion, il a évidemment été question de la sortie tonitruante de Pieter De Crem dans De Standaard, hostile à la formation d’une coalition Vivaldi.

Les élus ont pu exprimer leur point de vue. Pieter De Crem lui-même a répété ses inquiétudes quant à cette coalition dans laquelle le parti ne serait pas mathématiquement indispensable. En interne, le parti est divisé sur la question. Après avoir entendu les avis des uns et des autres, Joachim Coens a demandé à l’assemblée s’il disposait toujours d’un mandat du parti pour négocier avec les 6 autres partis de la coalition. Ce qui lui a été confirmé. Aucune voix ne se serait opposée frontalement à ce que les négociations se poursuivent. Ce mandat ne s’apparentera toutefois pas à un chèque en blanc et le CD&V devra obtenir de sérieux trophées pour monter à bord. La participation à la Vivaldi est loin d’être acquise pour le CD&V qui n’exclut pas de quitter les négociations si elles prennent un tour qui ne leur convient pas.