Grosse déception pour Liège qui n'organisera pas l'exposition internationale. 44 voix sur 159, la "Cité ardente" n'a pas fait le poids

LIEGE Astana, capitale du Kazakhstan, accueillera l'Exposition internationale de 2017 et l'axera sur le thème de "l'énergie du futur", a annoncé jeudi le Bureau international des expositions (BIE) dans un communiqué.

L'Assemblée générale du BIE, qui regroupe 161 Etats membres et se tenait au siège de l'OCDE à Paris, a désigné Astana au détriment de la ville belge de Liège qui voulait organiser cette exposition sous le thème "Connecter le monde, relier les gens, mieux vivre ensemble".

Astana a obtenu 103 voix contre 44 pour Liège. C'est la première fois qu'une capitale d'Asie centrale obtient l'organisation d'une exposition.

"Nous souhaitons créer au Kazakhstan une véritable plateforme pour diffuser les valeurs d'une économie verte", a expliqué le vice-Premier ministre du Kazakhstan, Kaïrat Kelimbetov, qui menait la délégation de son pays à Paris.

L'exposition aura lieu du 10 juin au 10 septembre 2017 sur un site de 25 hectares. Les organisateurs attendent plus de 5 millions de personnes.
Les Expositions internationales sont des manifestations qui s'intercalent entre deux Expositions universelles et durent trois mois.

La dernière a eu lieu cet été à Yeosu en Corée du Sud. Axée sur la protection des océans, elle a refermé ses portes le 12 août après avoir reçu plus de huit millions de visiteurs selon ses organisateurs.

Par ailleurs, les cinq villes - Izmir (Turquie), Ayutthaya (Thaïlande), Sao Paulo (Brésil), Ekaterinbourg (Russie) et Dubaï (Emirats arabes unis) - candidates à l'organisation de l'Exposition universelle de 2020 sont venues jeudi défendre leur candidature devant les membres du BIE.

Le choix de la ville sera annoncé en novembre 2013 lors de la prochaine Assemblée générale.

Izmir, troisième ville de Turquie, avait déjà été candidate pour l'Exposition universelle de 2015, mais la ville italienne de Milan lui a été préférée. En 2010, c'est la métropole chinoise de Shanghai qui a accueilli l'Exposition universelle.

La première Exposition universelle a été organisée à Londres en 1851. Ces manifestations organisées tous les cinq ans, qui durent au maximum six mois, génèrent des retombées économiques très importantes, en termes d'emploi et d'investissement.

"Mettre en pratique les idées développées, mais avec d'autres moyens"

"Ces derniers 24 mois, nous avons développé de nombreuses initiatives et développé de nouvelles idées. A nous maintenant de les mettre en pratique, mais avec d'autres moyens que ceux que nous aurait apportés l'exposition", a indiqué jeudi Pierre Coenegrachts, directeur général adjoint de l'Office de Promotion du Tourisme en Wallonie et à Bruxelles (OPT) à la suite de la désignation d'Astana, la capitale du Kazakhstan, à l'organisation de l'Exposition internationale 2017. "Cette Exposition internationale représentait une aubaine incroyable pour remettre Liège, et par extension la Belgique, en évidence aux yeux du monde", regrette le directeur général adjoint de l'OPT, qui se se félicite néanmoins de l'engouement "très positif" qui a entouré la candidature de la ville de Liège, estimant que "la Wallonie avait besoin de ce dynamisme" qui a entouré la candidature de Liège ces derniers mois.

"La gare de Liège, le musée 'Grand Curtius', l'Opéra de Wallonie tout juste rénové représentaient des fers de lance pour la promotion touristique de la ville de Liège. Cette Exposition internationale aurait également été profitable à toutes les structures touristiques déjà existantes et aux autres qui auraient été mises en place dans les années à venir", ajoute-t-il. "Après la désignation de Mons comme capitale culturelle 2015, accueillir l'Exposition internationale en 2017 représentait une aubaine pour apporter une image positive, dynamique et positive à la ville de Liège."

Pierre Coenegrachts regrette enfin que Liège ne puisse bénéficier de la portée mondiale de cette exposition. "Si ce ne sont les GP de Belgique de F1 et les grands départs du Tour de France en 2004 et en 2012, nous n'avions plus accueilli en Wallonie de projet nous donnant une visibilité internationale depuis l'Euro 2000 de football."

"Nous n'avons pas de reproche à nous faire car nous avons fait le maximum"

"Nous n'avons pas de reproche à nous faire. Nous avons fait notre maximum pour décrocher l'organisation et nous avons été loin d'être ridicules", a réagi jeudi Bernard Rentier, le recteur de l'ULg, à la suite de la désignation d'Astana (capitale du Kazakhstan), aux dépens de Liège, pour l'organisation de l'Exposition internationale 2017. Pour le recteur de l'ULg, la désignation de Liège représentait une opportunité "unique" de faire connaître la ville dans le monde entier. "Cela aurait donné un éclairage énorme à notre ville et indirectement à l'ULg", a-t-il remarqué.

"Certes, Astana l'a emporté aujourd'hui", ajoute-t-il, "mais ces dernières années, à Liège, nous avons réalisé un travail considérable que nous n'aurions pas fait sans la candidature de la ville. Cela a permis de faire évoluer positivement le cadre dans lequel on vit et on fonctionne."

Bernard Rentier se félicite enfin de "la capacité qu'a eu la candidature de Liège à mobiliser les énergies, les moyens et l'animation derrière un projet mobilisateur. Nous avons appris à nous solidariser tous ensemble derrière un but commun."


© La Dernière Heure 2012