Belgique

Le groupe jihadiste Etat islamique (EI) a revendiqué samedi l'attaque au couteau contre des soldats à Bruxelles, dans un communiqué diffusé sur Telegram par son organe de propagande Amaq.

"L'assaillant de l'attaque de Bruxelles était l'un des soldats de l'Etat islamique", a indiqué le communiqué citant une "source de sécurité". Il précise que "l'opération a été menée en réponse aux appels à cibler les Etats de la coalition" internationale antijihadistes opérant en Syrie et en Irak, dont la Belgique fait partie.

L'assaillant était en possession d'une arme à feu factice et de deux corans

L'homme qui a agressé au couteau des militaires patrouillant dans le centre de Bruxelles vendredi soir, était en possession d'une arme à feu factice et de deux corans, a indiqué samedi matin le parquet fédéral.

Une perquisition a été effectuée à Bruges, au domicile de l'assaillant, dans le courant de la nuit. Vendredi à 20h22, un individu, s'est précipité dans le dos de trois militaires en service, sur le boulevard Emile Jacqmain, et les a frappés avec un couteau. Un des militaires a ouvert le feu alors que l'assaillant a crié "Allahou akbar" (Dieu est (le) plus grand, en arabe).

"L'homme a été touché à deux reprises et est décédé peu après, à l'hôpital, des suites de ses blessures. L'homme était aussi en possession d'une arme à feu factice et de deux corans. Deux militaires sont légèrement blessés", précise le parquet fédéral dans un communiqué.

L'assaillant est de nationalité belge, d'origine somalienne. Il est arrivé en Belgique en 2004 et a obtenu la nationalité belge en 2015. Il n'était pas connu pour des faits de terrorisme, mais bien pour un fait de coups et blessures en février 2017, note encore le parquet.

Sa demande d'asile a été régularisée en 2009 en raison d'une procédure qui excédait déjà les quatre ans, a stipulé le ministre à l'Asile et la Migration Theo Francken sur son compte Twitter. En 2015, il a été naturalisé Belge grâce à l'ancienne loi qui permettait l'acquisition rapide de la nationalité. Celle-ci a été abolie fin 2012 mais la demande de naturalisation avait été introduite début 2012, note encore le ministre. Les raisons invoquées pour cette demande d'asile n'ont pas été précisées.

Le parquet fédéral a saisi un juge d'instruction de Bruxelles spécialisé en matière de terrorisme et l'a chargé d'instruire des faits de tentative d'assassinat terroriste.

Niveau de menace

Le niveau de la menace terroriste reste toutefois inchangé en Belgique, a rapporté le porte-parole du Centre de crise. Il s'élève donc toujours à trois sur une échelle de quatre. Cela signifie qu'un "attentat est possible et vraisemblable".

Le cabinet du Premier ministre Charles Michel a, lui, fait savoir qu'il ne communiquerait plus ce vendredi soir.

© BELGA

L'homme, A. H., était âgé d'une trentaine d'années et d'origine somalienne. Il n'était pas connu des services de police pour des faits de terrorisme. Il aurait foncé sur des militaires armé d'un couteau. Les militaires ont riposté en tirant sur l'assaillant.

Selon Philippe Close, "c'est l'acte d'un individu isolé".


Charles Michel apporte son soutien aux militaires après une attaque à Bruxelles

"Tout notre soutien à nos militaires. Nos services de sécurité restent attentifs", a twitté vendredi soir le Premier ministre Charles Michel, après que deux militaires ont été attaqués par un homme muni d'un couteau sur le boulevard Emile Jacqmain dans le centre de Bruxelles.

"Nous suivons la situation de près avec le centre de crise", a ajouté le chef du gouvernement belge.

Incompréhension au sein de la communauté somalienne

L'attaque visant trois militaires commise par un trentenaire d'origine somalienne suscite de nombreuses interrogations au sein de la communauté, explique samedi Bashir Abdi, coureur de longue distance qui représentait la Belgique aux mondiaux d'athlétisme de Londres il y a quelques semaines.

"La communauté somalienne est consternée par ce qu'il s'est passé. Je suis sans mot", a réagi Bashir Abdi, qui ne connait pas l'auteur des faits.

"Nous nous posons des questions. Cet homme arrive en Belgique, y reçoit sa chance et il commet ensuite un tel acte. Je ne comprends pas."

Le coureur, qui participait samedi à Gand à un tournoi de football avec des équipes somaliennes, assure que tout les participants étaient "sous le choc".