Le parquet fédéral confirme "qu’il ressort de plusieurs éléments de l’enquête que l’objectif du groupe terroriste était de frapper à nouveau la France".

Mohamed Abrini a été inculpé de participation aux activités d'un groupe terroriste, d'assassinats terroristes et de tentatives d'assassinats terroristes dans le cadre du dossier des attentats de Bruxelles et Zaventem, indique dimanche le parquet fédéral. Interpellé vendredi à Anderlecht, il avait déjà été inculpé et placé sous mandat d'arrêt dans le dossier des attentats de Paris. Le parquet fédéral confirme qu'il ressort de plusieurs éléments de l'enquête que l'objectif du groupe terroriste était de frapper à nouveau la France et que, "pris de court par l'enquête qui avançait à grands pas", ils ont finalement décidé dans l'urgence de frapper Bruxelles.

Mohamed Abrini faisait partie du commando qui a frappé Brussels Airport le 22 mars, avec Najim Lachraoui et Ibrahim El Bakraoui.

Il était recherché depuis les attentats de Paris. Il était notamment visible sur des images de vidéo-surveillance en compagnie de Salah Abdeslam deux jours avant les faits.


Abrini est "l'homme au chapeau"

Cette fois ça y est, le doute ne plane plus : Mohamed Abrini est bien l’homme au chapeau de Zaventem. Celui qui a déposé son sac d’explosifs à l’aéroport, avant de prendre la fuite.

Il est donc avec Salah Abdeslam et Ossama Krayem, le troisième survivant des attentats à être désormais derrière les barreaux. Trois attentats, trois survivants. Trois hommes qui, à chaque fois, ont attiré toute l’attention des enquêteurs sur leur fuite. Si au départ, on pouvait supposer que Salah Abdeslam ait simplement fait marche arrière lors des attentats de Paris, le comportement de Mohamed Abrini et Ossama Krayem nous laisse envisager un autre scénario.

En effet, tant Mohamed Abrini à l’aéroport de Zaventem qu’Ossama Krayem dans le métro bruxellois, ont démontré par leur comportement, qu’ils n’avaient nullement l’intention de mourir sur place comme leurs complices. Ils ont, à chaque fois, participé activement au déroulement de l’attentat, avant de prendre la fuite délibérement. Un peu comme si le fait d’en faire fuir un vivant, à chaque attentat, laissait ainsi planer le risque d’une suite imminente. Comme une série qui ne se termine jamais, ouvrant la porte aux pires craintes. C’est une hypothèse, parmi d’autres, qui n’est sans doute pas à exclure.

Mais revenons à présent à Mohamed Abrini. Il est donc bien l’homme au chapeau. Diverses expertises le prouvent, l’affirme le parquet fédéral, qui ajoute également, que le suspect a avoué sa présence lors des attentats de Zaventem, précisant dans ses déclarations avoir “jeté sa veste dans une poubelle et revendu son chapeau ensuite”.

Une déclaration assez étonnante de la part du suspect désormais inculpé donc tant pour les attentats de Paris que pour ceux de Bruxelles.

Par ailleurs, ce samedi , le parquet fédéral a également précisé avoir remis en liberté tant Assia B. que Chaouki A. L’avocat de ce dernier, Me Maxwell Ogumula, nous a précisé que son client avait été arrêté simplement en raison de sa réaction de panique lors de l’arrestation de Mohamed Abrini, vendredi à Anderlecht : “Il marchait en rue et lorsqu’il a vu la police, il a fait demi-tour. Du coup, on a trouvé son agissement suspect. Il a expliqué aux enquêteteurs qu’il ne connaissait nullement Abrini. Il a été libéré avec un ordre de quitter le territoire”, précise l’avocat.

Assia B., elle, a pu également rentrer à la maison.Trois autres suspects ont eux, été placés sous mandat. Osama Krayem (lire ci-dessous) , l’homme qui a fuit le métro, un sac rempli d’explosifs sur le dos. Sac que les enquêteurs cherchaient toujours ce samedi. Son ami, Hervé B.M., arrêté avec lui, vendredi soir. Et enfun Bilal El Makhouli, soupçonné d’avoir aidé Abrini et Krayem. Il clame haut et fort son innocence ( voir ici ) .

>>> LE RECIT ET LES PHOTOS DE L'ARRESTATION D'ABRINI <<<


Les aveux de Abrini sont peu crédibles selon un spécialiste

L'analyste Pieter Van Ostayene juge que le fait que Mohamed Abrani soit le troisième homme responsable des attentats à Brussels Airport peu crédible. "Ce n'est qu'un pressentiment, mais je peux difficilement imaginer que quelqu'un avec une telle place au sein de l'Etat islamique (EI) soit 'l'homme au chapeau'", a-t-il déclaré samedi soir à l'agence Belga. "Cela ne correspond au mode opératoire de l'EI, et je les suis depuis des années. Cette rhétorique ne s'inscrit pas dans l'ensemble", estime M. Van Ostaeyen. "Je ne peux pas imaginer que quelqu'un avec une telle fonction au sein de l'EI va d'un coup déclarer 'cela s'est passé comme ça' et expliquer qu'il a vendu son chapeau, je n'y crois pas une minute." Il pense qu'il s'agit d'une couverture destinée à protéger le reste du réseau.

Mohamed Abrini, arrêté vendredi à Anderlecht, a déclaré samedi aux enquêteurs être l'"homme au chapeau", soit le troisième membre du commando ayant attaqué l'aéroport de Bruxelles le 22 mars, selon le parquet fédéral. Mohamed Abrini était également recherché pour son rôle dans la préparation des attentats de Paris du 13 novembre.

Osama Krayem est bien le deuxième homme de l'attentat à Maelbeek

Comme nous vous l'annoncions ( voir ici ), Osama Krayem est bien le deuxième homme visible sur les images de vidéo-surveillance du métro en compagnie de l'auteur de l'attentat à la station Maelbeek, Khalid El Bakraoui, confirme samedi le parquet fédéral. Il a été placé sous mandat d'arrêt et est inculpé de participation aux activités d'un groupe terroriste et d'assassinats terroristes.

Le juge d'instruction a également placé sous mandat d'arrêt le Rwandais Hervé B.M., né le 5 mai 1990, qui avait été interpellé vendredi en même temps qu'Osama Krayem. Il est inculpé de participation aux activités d'un groupe terroriste et de complicité d'assassinats terroristes.

Vendredi soir, Bilal E. M., né le 10 mars 1989 et soupçonné d'avoir apporté de l'aide à Mohamed Abrini et Osama K., a également été placé sous mandat d'arrêt. Il est inculpé de participation aux activités d'un groupe terroriste et de complicité d'assassinats terroristes.

Des perquisitions ont été menées vendredi soir, notamment au lieu de résidence possible de Mohamed Abrini, chaussée de Mons à Anderlecht, à proximité du square Albert où il a été appréhendé. Les autres opérations ont eu lieu chez Hervé B.M., rue Tivoli à Laeken, et chez Bilal E.M. rue des Palais dans le centre-ville.

Samedi matin, une perquisition a été menée dans un appartement conspiratif présumé rue des Casernes à Schaerbeek. Ni arme ni explosifs n'y ont été découverts, selon le parquet fédéral.

>>> LE PORTRAIT D'OSAMA KRAYEM, DES QUARTIERS SUEDOIS A L'ENFER SYRIEN <<<