Ils se planquaient à quelques mètres des casernes de la police fédérale !

C’est au quatrième étage du 39, avenue des Casernes, à Etterbeek, que les terroristes du métro se planquaient. Juste à côté des casernes de la police fédérale, comme l’indique d’ailleurs le nom de l’avenue, d’où sont partis El Bakraoui et ses complices le mardi 22 mars au matin, avant de s’attaquer à la station de métro Maelbeek.

C’est dans cet appartement que le commando, chargé de cette opération, a démarré. Celui de Zaventem, est lui, parti de la rue Max Roos, à Schaerbeek, en taxi, comme on le sait déjà.

À Etterbeek, El Bakraoui et ses complices s’étaient montrés très discrets dans le quartier. Et surtout, ils avaient pris soin, avant leur départ, de vider l’appartement, comme on peut le voir dans la photo exclusive publiée ci-dessous.

Samedi après-midi, la police espérait néanmoins retrouver un sac d’explosifs dans ce logement. Le fameux sac porté par Osama Krayem, avant l’attaque de la station Maelbeek. Ce ne fut pas le cas. La cache avait déjà été “nettoyée”.

Autre révélation faite ce week-end, se basant sur les déclarations de Mohamed Abrini au juge d’instruction : les attentats de Bruxelles n’étaient qu’un “plan B”, réalisé dans la précipitation. En réalité, le commando envisageait plutôt de s’attaquer à Paris, une nouvelle fois. Au centre commercial Les 4 Temps, comme l’avait prévu initialement Abdehlamid Abaoud avant d’être abattu à Saint-Denis. Et puis, aussi, à une association catholique. Selon Libération, qui révèle que les terroristes étaient guidés depuis la Syrie, Mohamed Abrini aurait déclaré aux enquêteurs que des attaques étaient également prévues lors de l’Euro 2016.

Enfin, selon nos informations, c’est à la prison de Forest que Mohamed Abrini et Hervé B.M. ont été transférés hier matin. Ils sont arrivés vers 7 h 30 au sein de l’établissement pénitentiaire. Les deux détenus ont été placés en cellule individuelle au sein de la septième section.

Toujours selon nos infos, Mohamed Abrini est ressorti de la prison moins de deux heures après son arrivée. Fait assez rare que pour le souligner. Généralement, lorsqu’un suspect est placé sous mandat d’arrêt par un juge d’instruction, une fois son entrée en prison, il n’en ressort plus de la journée.

Mais vers 9 h, ce dimanche matin, Mohamed Abrini a été extrait de sa cellule, afin de retourner voir le juge d’instruction qui souhaitait l’entendre à nouveau. Ce dimanche, en début d’après-midi, il est toutefois retourné dans sa cellule de la prison de Forest.

Abrini dit avoir logé chez son ami Hervé 

On apprend également que dans ses déclarations faites devant le juge d’instruction, Mohamed Abrini charge son ami Hervé B.M., placé lui aussi sous mandat d’arrêt, à la prison de Forest. Abrini déclare avoir été logé chez Hervé B.M. Ce dernier contesterait formellement cette déclaration. Il nierait d’ailleurs tout, précisant ne connaître aucun des membres de la cellule terroriste.