Belgique

Alors que les enquêteurs recherchent toujours activement Salah Abdeslam et Mohamed Abrini, le parquet a déclaré ce jeudi 31 décembre qu'un nouvel individu avait été placé en détention dans le dossier des attentats de Paris tandis qu'un autre (Pierre N.) a été libéré. Neuf suspects se trouvent donc derrière les barreaux en Belgique. Voici l'identité de ces individus ainsi que les accusations qui pèsent sur eux.


Hamza Attou et Mohamed Amri

Ce sont eux que Salah Abdeslam a appelés vers 2h du matin, dans la nuit qui a suivi les attentats de Paris. Ils ont récupéré le terroriste vers 5h dans la capitale française mais ils affirment qu'ils ignoraient qu'Abdeslam avait pris part aux attaques.

Attou et Amri se sont rendus à Paris à bord d’une VW Golf. C’est Mohamed Amri qui conduisait. Lors du retour, leur véhicule a été contrôlé par la police à trois reprises, notamment à hauteur de Cambrai. La police ne connaissait pas à ce moment le signalement d’Abdeslam. Le trio est arrivé sans encombre à Molenbeek.

Interrogés sur ce qu’a déclaré Salah Abdeslam sur le chemin du retour, Attou et Amri affirment qu'“On n’a pas beaucoup parlé.” Hamza Attou a cependant précisé qu'Abdeslam "pleurait et criait en racontant ce qui était arrivé (...) Il nous a dit qu’il avait commis les attentats de Paris, que lui était la dixième personne à accomplir ces attentats".


Lazez Abraimi

Cet homme de 39 ans aurait, selon le parquet, véhiculé Salah Abdeslam dans Bruxelles au lendemain des attentats de Paris (à partir du samedi 14 novembre). L’homme nie fermement ces accusations.

Une source policière anonyme avait donné aux enquêteurs l’immatriculation de sa Citroën Berlingo. Ce Jettois, de nationalité marocaine, avait alors été interpellé. Dans son véhicule, les autorités avaient retrouvé une trace de sang encore non identifiée, ainsi que deux armes de poing.

Ses avocats, Christine Callewaert et Sokol Vljahen, avaient demandé sa libération. Celle-ci a été refusée sous prétexte d’expertises ADN toujours en cours.


Ali Oulkadi

Ali Oulkadi a véhiculé Salah Abdeslam le lendemain des attentats de Paris, à Bruxelles. Selon son avocat Olivier Martins, Ali Oulkadi avait été appelé le samedi 14 novembre vers 13h, par un ami, pour aller le chercher en voiture près de la place Bockstael, à Laeken. Un autre homme se trouvait avec son ami : Salah Abdeslam. Mais Ali Oulkadi dit ne pas l'avoir reconnu tout de suite car il portait un bonnet.

"Pendant le trajet, Salah Abdeslam lui a raconté que son frère Brahim avait tué des gens à Paris et s'était fait exploser. Pour mon client, ce fut un choc. Il n'y comprenait rien et ne pouvait plus raisonner clairement", avait indiqué Me Martins.

"Salah Abdeslam lui a demandé de l'amener à Schaerbeek et mon client s'est exécuté, après s'être arrêté en cours de route dans un café", avait précisé l'avocat.

Les PV des auditions montrent que Ali Oulkadi a eu 56 contacts téléphoniques avec Salah Abdeslam pendant la période allant du 19 août au 2 octobre et 109 conversations téléphoniques avec Brahim Abdeslam entre le 17 septembre et le 14 novembre.


Mohamed Bakkali

Cet individu a été arrêté à Bruxelles le 26 novembre et placé sous mandat d’arrêt le lendemain par le juge d’instruction pour assassinats terroristes et participation aux activités d’un groupe terroriste.

Certaines sources affirment qu'il s'agit du locataire d'une habitation perquisitionnée à Auvelais mais cette information n'a pas été confirmée.


Abdeilah Chouaa

Interpellé le lundi 23 novembre en Belgique, cet homme est suspecté de "participation aux activités d'un groupe terroriste et d'assassinats terroristes".


Samir Z

Ce Français de 20 ans domicilié à Molenbeek-Saint-Jean serait un proche de Bilal Hafdi, l'un des terroristes qui s'est fait exploser le 13 novembre. Il aurait déjà tenté de rejoindre la Syrie à deux reprises. Il a été interpellé le dimanche 29 novembre vers 4h30 à l'aéroport de Zaventem, alors qu'il s'apprêtait à monter dans un avion à destination du Maroc. Il n'a pas pu être établi s'il comptait à nouveau se rendre en Syrie.


Abdoullah C

Cet homme de nationalité belge, né en 1985, a été arrêté le 22 décembre à l'avenue de l’Héliport à Bruxelles. L’intéressé est suspecté d’avoir eu plusieurs contacts avec Hasna Ait Boulahcen, la cousine d’Abdelhamid Abaaoud, dans la période entre les attentats et les évènements à Saint-Denis, lors desquels tous deux ont perdu la vie.

Il est suspecté d'assassinats terroristes et participation aux activités d’un groupe terroriste.


Ayoub B

Il a été privée de liberté le jeudi 30 décembre lors d'une perquisition à Molnebeek. Une dizaine de GSM ont été saisis lors de cette perquisition. Par contre, ni arme ni explosif n’ont été découverts.

Né en 1993, Ayoub B. est de nationalité belge. Le juge d’instruction a délivré un mandat d’arrêt à son encontre du chef d’assassinats terroristes et participation aux activités d’un groupe terroriste.