Lors de la dernière conférence de presse sur la situation épidémiologique dans notre pays, le porte-parole du centre de Crise, Antoine Iseux, a mis en garde les Belges contre un nouveau risque. “Les prochaines semaines, des centaines de milliers de citoyens recevront des invitations à se faire vacciner. Malheureusement, et cela se constate lors de n'importe quel grand fait d'actualité, des personnes malveillantes vont essayer d’en profiter pour tenter d'escroquer certains d’entre nous avec de fausses invitations.", a-t-il annoncé. Et cela peu importe les motifs : "que ce soit pour soutirer de l’argent ou pour extorquer des données personnelles, comme des coordonnées bancaires ou un mot de passe, par exemple”. Pour rappel la vaccination est gratuite. Les autorités ont d'ores et déjà reçu des signalements d'invitations frauduleuses.

Le prudence est donc de mise et pour aider la population à vérifier l'authenticité d'une invitation le Centre belge pour la cybersécurité a rassemblé sur le site safeonweb.be une série de conseils.

Si l'invitation est inattendue car vous avez déjà reçu le vaccin ou n'êtes pas encore dans les groupes visés par la vaccination, redoublez de vigilance. Attention toute invitation par mail est envoyée depuis l'adresse suivante : cov19-vaccins@doclr.be (jusqu'au début de semaine c'était l'adresse noreply@doclr.be).

Si vous la recevez par mail ou par SMS, vérifiez que vous avez également eu une version courrier. "En principe, une invitation personnelle vous sera toujours également envoyée par courrier papier. Les envois de SMS et de mails sont complémentaires".

Enfin vérifiez que l'invitation soit bien adressée à votre nom et formulée par les autorités wallonnes, bruxelloises ou flamandes."Il est impossible que vous soyez invité par l’une des sociétés de production du vaccin. Donc si vous recevez un mail de Pfizer, Moderna ou Astra Zeneca, ce n'est pas une invitation à vous faire vacciner !".

Le porte-parole du centre de crise a ainsi joint sa mise en garde à une demande. "Transmettez immédiatement le message frauduleux à suspect@safeonweb.be. Plus vite vous l’envoyez, plus vite il pourra être traité et moins il y aura de victimes”, a-t-il sollicité. "N'hésitez pas à mettre dans une capture d'écran du message reçu qui pourra être partagée par les autorités pour alerter les autres citoyens". Comme pour tout mail ou SMS suspects, il est recommandé de ne pas cliquer sur quelconque lien ou pièce jointe.