Mehdi Abbes, avocat spécialisé dans le droit des étrangers, avançait le bilan de 12 décès à la date du 5 avril.

L’Agence fédérale pour l’accueil des demandeurs d’asile dément qu’il y ait eu le moindre décès dû au coronavirus dans ses centres d’accueil. Dans nos éditions de vendredi, sous le titre "Les gens sont dans des dortoirs, il y a forcément des décès", Mehdi Abbes, avocat spécialisé dans le droit des étrangers, avançait le bilan de 12 décès dans les centres Fedasil, à la date du 5 avril dernier. Fedasil réfute l’allégation.

Selon son porte-parole, Benoît Mansy, Fedasil ne dénombre fort heureusement aucun décès dans ses centres d’accueil. Me Abbes ajoutait que les centres accueillent 13 000 personnes. Le réseau Fedasil compte en réalité 28 000 places disponibles. Et 26 000 personnes y sont accueillies.

Enfin, Florent Baudewyns, porte-parole de Maggie De Block, en charge de la politique de l’asile et de l’immigration, précise que, contrairement à ce qu’affirme aussi Me Abbes, le gouvernement n’est pas passé outre un avis du Conseil d’État : "Des discussions sur ce point sont en cours avec le Conseil consultatif des étrangers (CCE)."