Un nouveau comité de concertation se réunit ce vendredi 30 octobre. S'il est déjà acté que de nouvelles restrictions seront mises en place au terme de ce dernier, l'ampleur des mesures qui seront annoncées dans la foulée n'est pas encore connue. Le ministre de la Santé, Frank Vandenbroucke (sp.a), et le commissaire corona, Pedro Facon, ont tous deux fait savoir ce jeudi qu'il n'y avait pas d'hésitation à avoir quant à la nécessité de règles "fermes", qui pourraient rester en place plus longtemps que prévu.

Les experts insistent également depuis plusieurs jours pour que de telles décisions soient prises ce vendredi afin de reprendre le contrôle de la situation épidémiologique. "Je demande au gouvernement d'avoir le courage de ne plus perdre de temps devant un phénomène qui nous a déjà dépassé", a encore écrit ce vendredi matin sur Twitter Emmanuel André. Faites-le pour les soignants. Faites-le parce qu'il est encore temps d'éviter de voir mourir des patients dans les couloirs des hôpitaux. Faites-le."



Il rejoint ainsi les appels de son collègue de la KULeuven, Marc Van Ranst, et du doyen de la faculté de médecine de la VUB, Dirk Devroey . Les deux hommes ont insisté ce jeudi pour que les autorités optent pour un reconfinement pur et dur lors du comité de concertation de ce vendredi. Le professeur de médecine générale a été jusqu'à dire que la Belgique connaîtrait la "pire catastrophe qu'elle n'ait jamais connue" si un lockdown n'était pas mis en place dans les plus brefs délais. 

Le comité de concertation se réunit ce vendredi dès 13 heures. Une conférence de presse se tiendra dans le courant de l'après-midi pour détailler les mesures sur lesquelles le fédéral et les entités fédérées auront réussi à se mettre d'accord. La Wallonie a déjà prévenu, ce jeudi 29 octobre, que si ces nouvelles règles n'allaient pas assez loin, elle n'hésiterait pas à en prendre de son côté.