Pour lutter contre le trafic de drogues à Anvers et la criminalité qui en découle, le bourgmestre Bart De Wever (N-VA) veut considérer toutes les solutions qui s'offrent à lui. Selon les révélations d'un livre néerlandais, il serait même prêt à légaliser la cocaïne: "C'est une option qu'il faut oser affronter", admet le nationaliste flamand. "La lutte contre l'alcool et la nicotine a également été abandonnée. Les produits ont été légalisés. Je déteste l'idée que nous ferions quelque chose de similaire avec d'autres substances intoxicantes. Mais c'est une solution, bien sûr. Je ne peux pas le nier", poursuit-il.

Dans l'ouvrage "Netherlands, Drugsland", le journaliste néerlandais Jan Tromp du Volkskrant et le professeur Pieter Tops enquêtent sur la face cachée du monde de la drogue à Anvers. De Morgen et De Volkskrant ont dévoilé ce samedi matin des extraits de ce livre, dont notamment certaines déclarations du président de la N-VA. En plus d'envisager la légalisation de la cocaïne, Bart De Wever admet également "avoir perdu l'illusion de pouvoir gagner la guerre contre la drogue" à Anvers.

Ce matin, le nationaliste flamand a rapidement démenti ces révélations sur Twitter: "Contrairement à ce que prétend De Morgen, je suis contre toute légalisation de drogues. Point à la ligne", a-t-il déclaré.

Un porte-parole de Bart De Wever, interrogé par Het Laatste Nieuws, confirme également que le bourgmestre d'Anvers "reste passionnément opposé à la légalisation des drogues". Il indique également ne pas encore avoir pris connaissance du livre en question.