"En termes d'application des règles, c'est loin d'être parfait", a regretté le bourgmestre d'Anvers ce lundi 6 avril au micro de Radio 1. Bart De Wever est revenu sur ce week-end ensoleillé qui a donné lieu à Anvers à certains comportements inadéquats au temps du coronavirus. La police de la ville a dressé plus de 300 PV. Le président des nationalistes flamands a expliqué s'être essentiellement concentré sur les principales interdictions du décret ministériel, c'est-à-dire celles qui concernent les déplacements non-essentiels et les rassemblements. "Je ne vais pas empêcher les gens de s’asseoir sur un banc", a ajouté De Wever.

Selon lui, il existe un véritable manque de clarté et des contradictions dans les dispositions adoptées par le gouvernement pour faire face à la crise sanitaire. "Tous les comportements autorisés ont été répertoriés par le centre national de crise, mais cela ne fait pas force de loi", a détaillé le bourgmestre d'Anvers. Il  a également regretté que le montant des amendes qu'il est désormais possible d'infliger en cas de non-respect du confinement soit fixe et ne puisse pas être adapté en fonction de la situation. "Pour certains, 250 euros est une somme importante, a fustigé le nationaliste sur Radio 1. Cela aurait été l'occasion de mettre en place des sanctions alternatives". 

"Le bilan du gouvernement sera tiré après la crise"

Autre pierre d'achoppement pour De Wever: les perquisitions afin de vérifier que l'interdiction de se rassembler est respectée. "On en arrive à des situations où la famille qui visite un membre de la famille en phase terminale se retrouve chassée de la maison, a dénoncé le bourgmestre d'Anvers. J'ai demandé à mon chef de police de ne jamais me confronter à de telles scènes, le bon sens devrait passer en premier."

Le leader des nationalistes a toutefois indiqué que le moment n'était pas aux règlements de compte. "Le bilan du gouvernement sera tiré après la crise", a-t-il estimé. Mais je suis très préoccupé par la pénurie d'équipements de protection. Comment est-ce possible d'en arriver là en tant que pays riche? Nous n'avions pas de stock, nous en avons commandés trop tard, distribution difficile." 

Une stratégie de déconfinement

Bart De Wever a plaidé pour un retour au travail sans trop tarder. Pour le bourgmestre d'Anvers, le gouvernement Wilmès devrait au plus vite oeuvrer à une stratégie de relance. "Il faut un plan de déconfinement avec une suppression progressive des règles, a conclu le nationaliste flamand. Cela fait défaut actuellement et c'est inquiétant. SI nous n'y  prêtons pas attention, une génération tout entière va se retrouver toucher par la crise actuelle".