Le nationaliste flamand tient cette position depuis longtemps mais, selon lui, l'invasion russe de l'Ukraine a rendu une sortie du nucléaire encore moins souhaitable, alors que l'Europe est largement dépendante des livraisons en gaz naturel de Moscou. L'Europe a toutefois convenu mardi de réduire de deux tiers sa consommation de gaz russe d'ici la fin de l'année. 

"L'énergie est devenue une arme politique trop importante", pointe Bart De Wever. "Nous devons maintenir le plus possible de réacteurs nucléaires. (...) Les deux plus anciens ont certes vieilli. Mais, si ils restent sûrs, il faut prolonger les cinq autres réacteurs" nucléaires belges, ajoute-t-il. Pour le président de la N-VA, la Belgique ne peut pas se permettre d'augmenter sa dépendance au gaz naturel, dont la Russie reste un important exportateur.