Le gouvernement flamand a commandé quatre millions de tests de détection rapide. Un peu plus d'un million de ceux-ci sont destinés au secteur de l'enseignement.

Aux yeux du ministre Weyts, les écoles son prioritaires pour ces tests. Celui-ci planche dans ce contexte sur une stratégie pour le secteur. Les tests seront effectués via les centres flamands d'accompagnement des élèves, chargés du tracing dans le secteur. Un test rapide sera pratiqué dans les 24 heures en cas de contact à haut risque d'un élève. Après cinq jours, il subira un test PCR. Si les deux tests se révèlent négatifs, la quarantaine pourra être levée.