Un autre enjeu portera sur la répartition des électeurs en fonction de leur appartenance linguistique

Tous les programmes, toutes les listes

BRUXELLES Dans l'arrondissement électoral de Bruxelles-Hal-Vilvorde, le scrutin du 13 juin verra une nouvelle fois s'affronter plusieurs ténors, notamment des ministres sortants et des présidents de partis, mais aussi, des mandataires de la périphérie placés, davantage qu'en 2007, aux avant-postes où à leur proximité, sur des listes francophones.
Un autre enjeu portera sur la répartition des électeurs en fonction de leur appartenance linguistique.

Au niveau des partis, l'élection permettra de voir si le PS récupère le siège qu'il a perdu en 2007 au profit du cdH. Le MR qui était largement dominant sur l'aile francophone de l'échiquier en 2007, compte une nouvelle fois sur le président du FDF Olivier Maingain pour tirer sa liste, devant plusieurs candidats libéraux députés sortants, à l'exception de Daniel Ducerme qui a décidé de ne plus se présenter.

Au PS qui tentera de récupérer le quatrième siège perdu en 2007, la liste est emmenée, comme en 2007, par la vice-première ministre sortant Laurette Onkelinx, devant le député sortant Yvan Mayeur. La liste sera poussée par Charles Picqué qui avait décroché le troisème siège du PS, depuis la dernière place, en 2007.
Le cdH qui avait gagné un siège 2007, a remis les deux mêmes (la présidente Joëlle Milquet devant le ministre bruxellois Benoît Cerexhe) en haut de liste.
Chez les Verts, l'ex-secrétaire d'Etat fédéral Olivier Deleuze fait son retour en emmenant la liste Ecolo devant la députée sortante Zoé Genot.
Les mandataires francophones de la périphérie ont été placés dans des positions d'attente. Au MR, le bourgmestre non nommé de Linkebeek, Damien Thiéry, a été placé à la sixième place (le MR avait six sièges dans l'arondissment sous la précédente législature), bien plus haut sur la liste qu'en 2007.

François Van Hoobrouck bourgmestre non nommé de Wezembeek-Oppem est septième.
Corinne François, première échevine à Drogenbos, occupe la deuxième place des candidats suppléants devant l'échevin de Rhode Eric Libert.
Au cdh, la bourgmestre de Rhode-Saint-Genèse, Myriam Delacroix emmène la liste des candidats-suppléants.
Le PS a placé l'ex-échevin de Linkebeek, Marco Schetgen, à la huitième position.
Ecolo, qui garde une certaine distance par rapport aux problèmes communautaires, a mis André Peters, de Wezembeek-Oppem, en troisième place sur la liste.
Dans les rangs flamands, les cartes pourraient être plus nettement redistribuées. Le cartel CD&V-NVA qui avait recueilli 3 sièges a volé en éclat et les partis comme le CD&V et l'Open Vld ont placé d'autres candidats qu'en 2007 en tête de liste.
Après Herman Van Rompuy en 2007, c'est le ministre sortant Steven Vanackere qui tirera la liste du CD&V. A l'Open Vld, c'est le vice-premier ministre et ministre du Budget sortant, Guy Vanhengel, qui assumera cette responsabilité, succédant à ce poste à Maggie De Block.
La liste de la N-VA sera emmenée par le député sortant Ben Weyts. Le sp.a fera à nouveau confiance au député sortant Hans Bonte.
Certaines listes flamandes mettront aussi en avant l'un ou l'autre mandataires local en vue dans la périphérie: Michel Doomst (CD&V), bourgmestre de Gooik, troisième sur la liste des candidats effectifs et premier candidat-suppléant; Dirk Pieters, le bourgmestre CD&V de Hal (4ème), et Luk Van Biesen, ex-échevin Open Vld de Kraainem (1er suppléant).
Une autre inconnue portera sur le nombre d'électeurs francophones et néerlandophones.
Sur l'ensemble des 8 cantons bruxellois, l'ensemble des listes néerlandophones représentaient 11,38% (52.696) en 2007, contre 15,1 % en 2003. Les voix francophones représentaient 88,6% des votes valables (410.212) contre 84,9 % en 2003.
En périphérie, les partis francophones avaient recueilli 78.352 voix en 2007 (5.185 voix de plus qu'en 2003 soit +7%), ce qui représentait 21,2% des votes valables.