L'entreprise postale a étudié la question, mais a balayé l'option après analyse, a déclaré mercredi la ministre de tutelle Petra De Sutter devant le parlement. Bpost et la SNCB discutent par contre bien encore de la vente de cartes de train. Selon la ministre, c'est la SNCB qui a proposé à bpost d'utiliser l'espace gagné par la fermeture des guichets de 44 gares pour éventuellement en faire des bureaux de poste.

Après analyse de sept gares en Flandre et en Wallonie, bpost a décidé de ne pas franchir le pas. Elle réfléchit par contre toujours à la possibilité de vendre des cartes et des abonnements de train.