NAMUR Monsieur le Premier ministre, mon cher Guy... José Happart vient d'écrire à Guy Verhofstadt en lui demandant que la Région bruxelloise soit représentée au Conseil des ministres de l'Agriculture européenne au cours des six premiers mois de l'année 2001. Explication de cette démarche. Il y a deux écoles. Une école flamande, qui se base sur la notion d'une Belgique fédérale, à deux communautés. Et une école wallonne, qui défend la notion d'un état fédéral à trois régions. Pour ma part, je défends cette dernière notion et je souhaite que Bruxelles soit une région à part entière. A cet égard, Bruxelles a le droit d'exercer au conseil des ministres européens, la même participation que les deux autres grandes régions. J'ai exercé ce rôle pour la Région wallonne durant les six premiers mois de l'an 2000, la Flandre a exercé son rôle durant les six derniers mois. Il est donc normal et logique que la Région bruxelloise assume la fonction durant les six premiers mois de 2001. Je sais que la Flandre y trouve à redire: elle ne reconnaît pas à Bruxelles le droit de siéger en tant qu'assesseur.´
e gouvernement fédéral doit décider s'il y a égalité entre les régions?
´S'il y a respect des institutions, la réponse sera positive. Si refus il y a, cela signifie que c'est la Région wallonne qui devra assumer ce rôle les six premiers mois. Et les six derniers mois de l'année 2001, un Flamand jouerait le rôle d'assesseur. On aurait ainsi un ministre fédéral flamand, flanqué d'un assesseur également flamand.´
La Wallonie et Bruxelles ne seraient plus représentées directement...
`Ce serait inacceptable. Le prochain conseil des ministres se tient début janvier: le représentant des régions qui accompagnera le ministre fédéral doit donc être désigné rapidement. Et l'enjeu est important: l'Union européenne devra notamment se prononcer sur les farines animales, leur destruction, le financement. ´