La Première ministre Sophie Wilmès (MR), les principaux ministres du gouvernement fédéral et les ministres-présidents des entités fédérées se sont réunis ce jeudi 20 août à 9 heures pour discuter de l'évolution de la situation épidémiologique. Sur la table, figuraient plusieurs thématiques importantes. Les autorités ont ainsi abordé le maintien de la bulle de 5, les restrictions dans les commerces, la présence de public pour les événements sportifs...

Les conclusions de ce nouveau Conseil national de Sécurité ont été présentées par Sophie Wilmès lors de la conférence de presse qui a suivi le CNS.

"Les mesures en cours se révèlent efficaces", a d'emblée annoncé Sophie Wilmès. "Par efficaces, j'entends que l'ensemble des mesures actuellement en place permet de contrôler la situation sanitaire. Après avoir augmenté pendant la première quinzaine d'août, les contaminations commencent à baisser. Toutefois, le virus circule toujours."

La Première ministre a reconnu que les Belges ont fait d'énormes efforts. "Je sais que le temps se fait long et qu'il amène certains à minimiser la situation, d'autres à la dramatiser." La libérale a souligné que la réalité est nuancée. "La situation est ni insignifiante ni dramatique, elle est nuancée. Les chiffres circulent, les indicateurs s'additionnent, les interprétations se multiplient, et ça brouille la perception de la réalité des choses. Ça agace, aussi, ça inquiète." Pour permettre à la population de mieux appréhender la situation, elle a précisé que le Centre de crise et du SPF santé publique continuerait de communiquer clairement le statut de l'épidémie (avec les rapports épidémiologiques quotidiens de Sciensano, mais également le maintien des trois conférences de presse par semaine - le lundi, mercredi et vendredi). Chaque indicateur doit être remis dans son contexte, a-t-elle rappelé. "Aujourd'hui nous pouvons parler d'une tendance à la stabilisation et même d'une amélioration. Le taux de reproduction s'élève à 0,9. Cela signifie que le virus circule encore, mais moins qu'avant", a précisé Mme Wilmès.

La Première ministre a insisté sur l'importance de conjuguer des mesures nationales et locales, avant d'énoncer les mesures qui seront d'application dans l'ensemble du pays à partir du 24 août ou du 1er septembre:

  • La rentrée scolaire :

Comme déjà annoncé ce vendredi 14 août, tous les élèves pourront reprendre l'école cinq jours par semaine, sur base du code jaune établi par les communautés. "Le code jaune renvoie à une situation où le virus circule toujours mais où il est contrôlé", a rappelé Mme Wilmès. Dans les communes où des pics de contamination sont constatés, un passage à la couleur orange pourra être opéré. Ce qui impliquera une prise de mesures supplémentaires.

Au niveau de l'enseignement supérieur, une concertation doit encore avoir lieu afin d'établir la façon dont se déroulera la rentrée (qui débute plus tard en septembre) dans les universités et hautes écoles.


  • La bulle sociale :

A partir du 1er septembre et pour une durée d'un mois, la bulle sociale de cinq personnes restera d'application. Une mission a été confiée aux experts qui devront trouver une solution pour réussir à rendre les contacts sociaux plus faciles tout en évitant un rebond épidémique.

  • Réceptions :

A partir du 1er septembre, les réceptions après les funérailles pourront compter jusqu'à 50 personnes, avec les règles en vigueur dans l'horeca. "Nous souhaiterions assouplir les règles pour l'ensemble des réceptions lors du prochain CNS", a expliqué la Première ministre.


  • Shopping :

Il sera possible, à partir de ce lundi 24 août, de faire ses courses à deux personnes sans limite de temps (jusqu'à présent, une seule personne pouvait entrer dans le magasin pour une durée de trente minutes). "Nous faisons appel au sens de la responsabilité de chacun pour éviter qu'on se retrouve face à de longues files d'attente", a invoqué Mme Wilmès.


  • Événements sportifs et culturels :

Le public est élargi, dès le 1er septembre, à 200 personnes à l'intérieur et à 400 personnes à l'extérieur. Le port du masque reste obligatoire.

  • Conjoints à l'étranger :

Les personnes qui ne sont pas liées par un lien juridique mais qui peuvent prouver qu'elles entretiennent une histoire d'amour durable pourront franchir les frontières dès le 1er septembre afin de se retrouver.

  • Retour de vacances :

Sophie Wilmès a insisté sur la nécessité du testing pour les personnes qui reviennent de zone rouge. Elle a également rappelé qu'il était essentiel que ces dernières restent en quarantaine. "En ce qui concerne les personnes qui reviennent d'une zone orange, il s'agit seulement d'une recommandation, mais elle est à prendre au sérieux, surtout si vous avez eu des comportements à risques", a conclu la Première ministre.