Le recteur de la KU Leuven, Luc Sels, a exprimé jeudi son soutien au virologue Marc Van Ranst, qui est cloîtré chez lui depuis mardi après avoir reçu des menaces de la part du militaire armé, Jürgen Conings, en cavale depuis 48 heures.

"Nous ne pouvons absolument pas tolérer cela. Je souhaite lui apporter mon soutien le plus total", a-t-il indiqué. "En tant que scientifique, Marc Van Ranst a toujours communiqué correctement avec la population", a souligné le recteur. "Il a apporté une grande contribution, dans ce contexte difficile, aux connaissances scientifiques qui ont évolué tout au long de l'année. Je comprends que certaines personnes réagissent parfois plus violemment lorsqu'elles sont en difficulté. Mais ce qu'il se passe maintenant ne peut et ne devrait pas se produire. C'est une attaque contre la science, une violation de l'intégrité de quelqu'un et, en tant que recteur, je ne peux absolument pas le tolérer", a-t-il déclaré.

Pour le recteur, la société a besoin de positions scientifiquement étayées afin d'avancer. Or, "certains scientifiques qui endurent des attaques sur les réseaux sociaux deviennent ensuite plus réservés et plus prudents quant au partage d'informations", fait-il remarquer. "Cela m'effraie beaucoup. Si les scientifiques ressentent une certaine réticence à partager des idées, nous marchons à reculons", a-t-il insisté.

Le recteur a ensuite affirmé "assumer la responsabilité de défendre les professeurs et les scientifiques".

Emmanuel André réagit

Ce jeudi, le microbiologiste Emmanuel André a également manifesté son soutien à son confrère Marc Van Ranst sur Twitter: "Nous remercions les policiers et les militaires qui se mettent en danger pour que nous puissions continuer à travailler, et communiquer même ce qui est difficile à entendre. Nous avons une pensée spéciale pour leurs familles qui attendent qu'ils et elles reviennent à la maison".


L'expert de l'UZ Leuven avait déjà réagi mardi soir, visiblement marqué par les menaces dont Van Ranst est la cible: "Quand ton collègue, que tu as vu travailler nuit et jour depuis un an et encaisser tant de rhétoriques banalisantes, insultantes ou menaçantes, doit être mis en lieu sûr par la police parce que sa vie est en danger".