"La commission d'apprentissage que vous avez annoncée n'a toujours pas été mise sur pied. C'est incroyable, je ne comprends pas pourquoi cela prend autant de temps", a critiqué Yngvild Ingels (N-VA). "Quel est votre plan de prévention de ce genre de catastrophe ?", a renchéri Nabil Boukili (PTB).

Annelies Verlinden a contesté ces reproches. "Une première analyse du fonctionnement des services de secours a eu lieu. Et le centre de crise travaille actuellement à un debriefing approfondi. A court terme, le centre de crise publiera un rapport intégré", a-t-elle promis.

Concernant la réforme sécurité civile, la ministre a précisé qu'une première réunion d'experts avait eu lieu en décembre. "Les conclusions finales sont attendues au mois d'août et seront soumises au Parlement. Avant cette date, nous pourrons déjà évoquer les premiers résultats de cette étude." Enfin, concernant la commission d'apprentissage, "j'aurais préféré que les choses se fassent plus rapidement", a-t-elle admis. "Mais je respecte la procédure de marchés publics. J'espère pouvoir attribuer à court terme ce marché pour entamer ce travail et rapidement aboutir. Le parlement sera associé et informé. Un rapport sera présenté dans les deux prochains."

La réponse n'a pas convaincu les députés d'oppositon. "Je rentrerai en province de Liège avec beaucoup de déclarations et peu de choses concrètes", a notamment regretté Vanessa Matz (cdH). Il y a des choses qui peuvent être faites et qui ne doivent pas attendre un cahier de charges. Que ferons-nous demain ou dans un mois s'il arrive à nouveau une catastrophe climatique de cette ampleur ?"