L'Agence Soins et Santé a été avertie ce mardi 19 janvier par l'Agence fédérale des médicaments et des produits de santé (AFMPS) que Pfizer fournirait moins de vaccins que prévu la semaine prochaine. La campagne de vaccination belge encaisse donc un sérieux coup de frein. Mardi soir, la Flandre a déjà suspendu la vaccination dans ses centres hospitaliers. À Bruxelles, les vaccinations de cette semaine sont toutefois maintenues.

Que s'est-il passé ? Selon le Soir, ce problème n'a rien à voir avec la décision de Pfizer de diminuer de 7 000 doses les livraisons à la Belgique à cause des aménagements de l’usine de Puurs. "Il est lié à la sixième dose", explique Sabine Stordeur, projet manager de la task force vaccination. Les dirigeants belges ont décidé d'extraire 6 doses des flacons de Pfizer, et non 5 comme initialement prévu. Grâce à cette technique, ils espéraient économiser 20 % des vaccins en plus pour vacciner plus rapidement, plus de monde. Sauf que.

Le contrat signé entre la Belgique et le géant pharmaceutique américain est basé sur un nombre de doses et non de flacons. En apprenant la nouvelle stratégie de vaccination dans notre pays, l'entreprise a décidé de livrer moins de flacons : 76 plateaux de 195 flacons à la place de 92.

"On savait qu’il y avait une possibilité de réajustement de la part de Pfizer. La balle était dans leur camp. Et voilà, ils réajustent. Cela reste une société commerciale, il ne faut pas s’étonner. C’était une erreur de croire que l’on pouvait gagner une dose", admet Sabine Stordeur à nos confrères.