Selon Eric Burgraff, journaliste au Soir, les épreuves écrites en langues modernes sont annulées tandis que les oraux sont maintenus.

L'examen de néerlandais circulait largement

Plusieurs sources indiquent à nos confrères de LaLibre.be qu'un examen de langues modernes (niveau CE1D) est disponible sur Internet. Il s'agit du test de néerlandais.

La députée Ecolo, Barbara Trachte, affirme même que les questions de cet examen obligatoire seraient mises en vente pour le prix de 50 euros devant certaines écoles. Une information que nous confirme le cabinet de la Ministre de l'Enseignement.

© facebook

Nos confrères de LaLibre.be ont pu prendre connaissance de cet examen dont voici les premières pages.

© D.R.
© D.R.
© D.R.
© D.R.
© D.R.

Ecolo souhaite l'annulation du reste des examens

L'opposition écologiste en Fédération Wallonie-Bruxelles a appelé mercredi à l'annulation complète des épreuves visées depuis le début de la semaine par des fuites, à l'exception de celle du CEB organisée pour les 6e primaires. Les FDF préconisent de leur côté la mise sur pied d'une commission d'enquête parlementaire pour faire toute la lumière sur cette affaire.

"Le chaos doit s'arrêter là", estime dans un communiqué le groupe Ecolo pour qui ces fuites à répétition constituent un "fiasco". "La ministre doit immédiatement annuler le reste des examens pour permettre aux écoles et aux enseignants de s'organiser", ajoute Ecolo dans un communiqué diffusé mercredi après-midi. Pour les Verts, Joëlle Milquet se doit de "rassurer immédiatement" l'ensemble des élèves concernés par ces épreuves externes.

"Si les élèves de rhéto ont été fixés quant à leur évaluation en histoire, ce n'est pas le cas de tous les autres, ni des étudiants qui passent le jury central et ne pourront pas bénéficier de l'éventuelle bienveillance d'un conseil de classe", soulignent ceux-ci. Pour Ecolo, l'annulation de ces épreuves offrirait aux écoles la possibilité de s'organiser au plus vite pour l'évaluation des élèves. "Il s'agit de faire confiance aux enseignants, qui connaissent les élèves et seront le mieux à même de les évaluer". Car pour Ecolo, il serait inadmissible que la "mauvaise organisation de ces épreuves affecte la réussite de l'année" des élèves concernés.

Les FDF veulent une commission d'enquête

Dans un autre communiqué, les FDF, également dans l'opposition en Fédération Wallonie-Bruxelles, appellent de leur côté la mise sur pied d'une commission d'enquête parlementaire pour faire la lumière sur ce "véritable sabotage des épreuves externes". Pour le parti amarante, la constitution d'une commission d'enquête permettrait notamment d'entendre les responsables administratifs des épreuves. Ils déposeront une proposition en ce sens devant le Parlement. "Les fuites se multiplient, le système des épreuves externes prend l'eau, les examens sont annulés. C'est honteux, tant pour les élèves qui se sont préparés à ces épreuves que pour le corps enseignant et l'image générale de notre enseignement", jugent les FDF.

La Belgique, la risée de l'Europe

Suite à ces fuites successives, Jean-Luc Crucke, député MR, a dit tout ce qu'il pensait de cette affaire sur Twitter. "Mm. Milquet, ça suffit ! Vous n'êtes pas coupable, mais responsable. Tirez-en les conclusions : nous sommes la risée de l'Europe !"