Belgique Un projet de loi déposé pour doubler le montant de l’amende qui leur est infligée

Leur nombre n’est pas officiellement connu. Les centristes, ces conducteurs qui squattent indéfiniment la bande du milieu d’une autoroute, constituent cependant une espèce particulièrement présente dans nos contrées. 

En effet, 2 663 P.-V. ont été dressés en 2017 à des usagers qui n’ont pas respecté cette règle du code de la route. Ainsi, si le dépassement s’effectue par la gauche, le conducteur doit reprendre sa place à droite aussitôt qu’il peut le faire. Par ailleurs, tout conducteur circulant sur la chaussée doit se tenir le plus près possible du bord droit de celle-ci. Le non-respect de cette règle constitue une infraction du premier degré passible de 58 euros d’amende.

L’institut Vias plaide pour que cette infraction soit requalifiée en second degré, au même titre qu’un dépassement par la droite. "Les centristes sont la cause principale des dépassements par la droite. Sur nos autoroutes, la densité du trafic est telle que beaucoup se bloquent sur la bande du milieu pour ne pas être gênés par les camions qui occupent la première bande. Cela incite souvent ceux qui veulent les dépasser à passer par la droite", argue Benoît Godart, porte-parole de Vias. "Cette demande que nous avons formulée se heurte à pas mal de réactions négatives. Nous avons reçu plusieurs mails d’automobilistes qui nous assuraient qu’il était hors de question pour eux de rouler sur la première bande, qu’ils se sentaient mieux sur celle du milieu, etc."

Un projet de loi visant à effectivement doubler le montant a été déposé par l’Open-Vld. "Le MR soutiendra ce texte" , nous assure la porte-parole de François Bellot (MR), ministre de la Mobilité.