C'est à 14 heures que se sont retrouvées les autorités, ce vendredi, pour discuter une nouvelle fois de la situation épidémiologique. Si les chiffres belges ne sont actuellement pas mauvais, la présence du variant britannique dans notre pays inquiète les politiques et scientifiques. C'est pourquoi se réunissait, ce vendredi 22 janvier, le Comité de concertation.

Le Premier ministre a pris la parole à 19 heures pour présenter aux Belges ce qui a été décidé lors de cette réunion.

"La situation épidémiologique dans notre pays s'est stabilisée, a commencé Alexander De Croo. Nous sommes l'un des pays européens où le nombre de contaminations est le moins élevé. Cela prouve que si nous sommes motivés, nous sommes capables de réaliser de grandes choses. Mais cela ne veut pas dire que le danger a disparu. Nous avons vu des choses alarmantes dans nos pays voisins et dans notre pays également. Cette situation favorable pourrait être bientôt mise en péril. Pour pouvoir préserver cette situation favorable, nous devons créer des barrières." Le Premier ministre a ainsi rappelé les mesures déjà en place actuellement et qui sont "efficaces" contre les mutants également. Plus que jamais, le libéral flamand a encouragé les Belges à poursuivre leurs efforts et à respecter les règles, tels que le télétravail. Mais ces mesures ne suffisent plus:

  • Il y aura à partir du 27 janvier une interdiction des voyages non-essentiels. "Cela sera valable pour les voyages de l'étranger vers la Belgique et de la Belgique vers l'étranger", a détaillé M. De Croo. Il y aura toutefois certaines exceptions: les voyages professionnels, pour raison de santé... Toutes ces exceptions sont à retrouver ici.
  • A partir de ce lundi 25 janvier, la durée de la quarantaine change. Au lieu de durer 7 jours, elle en durera 10 désormais. Un test PCR devra être réalisé au premier jour et au septième jour.
  • La réouverture des métiers de contact non-médicaux aura lieu au plus tôt le 13 février à condition que la situation sanitaire s'améliore par rapport à ce qu'on constate actuellement. Un Comité de concertation se tiendra le 5 février pour évaluer la situation épidémiologique et confirmer ou non la reprise de ce secteur.

Le Premier ministre a tenu à adresser quelques mots aux jeunes pour conclure sa prise de parole: "Nous avons conscience que vous traversez une période très difficile, une période dont vous avez assez. C'est normal. Chacun en a plein le dos du coronavirus. Si vous vivez des situations difficiles, discutez-en, sortez de chez vous. (...) Nous vous demandons un dernier effort, parce que si nous unissons nos forces, nous pourrons voir la lumière à la fin du tunnel. Nous pourrons débuter la période la plus belle de notre vie, durant laquelle nous pourrons à nouveau vivre sans réfléchir."

A en croire un tweet du MR publié ce vendredi soir, les visites immobilières pourront reprendre en présence d'un agent.