Belgique

Sera-t-il bientôt 13 heures à Liège et midi à Anvers ? En tout cas, les intérêts des deux régions divergent : la Flandre souhaiterait adopter l'heure d'hiver chère aux Pays-Bas; la Wallonie penche vers l'heure d'été que la France appelle de ses voeux. Un intense lobbying a déjà débuté, en marge du renouvellement des gouvernements régionaux le 26 mai... Tic, tac... Boum ?

S'oriente-t-on vers une Belgique rythmée à... deux tours d'horloge différents ? Alors que le dossier de la fin du changement d'heure agite l'Europe entière, il n'est, selon nos sources, pas improbable que la Belgique remette à l'heure le sacro-saint surréalisme qui lui est cher. La DH apprend, en effet, qu'un intense lobbying aurait d'ores et déjà commencé, du côté des partis politiques du nord et du sud du pays, en faveur de chacune des deux options sur la table : heure d'été et heure d'hiver. Bémol de première heure : la Flandre milite pour l'heure d'hiver, là où la Wallonie ne jure que par l'heure d'été ! Les futurs gouvernements régionaux, qui seront formés après les élections du 26 mai, pourraient donc porter un désaccord majeur...

Avant de voir 13 heures à Anvers lorsqu'il est midi à Liège, rembobinons. Le Parlement européen, à une écrasante majorité (410 voix pour, 192 contre et 51 abstentions), a voté mardi dernier la mort du changement d'heure saisonnier dans l'Union européenne à compter de 2021. Deux options sont sur la table des pays membres de l'UE : heure d'été ou heure d'hiver. Concrètement, il s'agira soit d'ajuster les montres une dernière fois l'ultime dimanche de mars 2021, soit le dernier dimanche d’octobre, pour ceux qui privilégient l'heure d'hiver. Les aiguilles de ce dossier sont évidemment gelées sous cette législature, en affaires courantes.

En Flandre, "Winter Time" is coming

Alors, heure d'été, ou heure d'hiver ? Sur cette question, l'Europe laisse les Etats membres se positionner en fonction de leurs intérêts respectifs, en espérant le dégagement d'un critère de raisonnabilité. Du coup, certains pays ont déjà entrepris de sonder leur population. Il en va ainsi en France, où une consultation populaire sur le site de l'Assemblée nationale a permis à 2 millions de personnes de se positionner. Qu'ont-elles exprimé ? Deux choses. Primo, qu'elle souhaitent très largement (à plus de 80%) supprimer l'alternance heure d'hiver/heure d'été. Et secundo, qu'en guise de format horaire définitif, c'était l'heure d'été (celle à laquelle on vient de passer ce dimanche, qui nous ôte une heure de sommeil) qui était plébiscitée par les Français (à 59%). L’Allemagne, de son côté, serait réticente à revoir le système. tandis que les Pays-Bas, qui ont également sondé leur population par le biais de 25 questions très précises, se positionnent davantage sur l'heure... d'hiver. Et cela pourrait avoir de grandes conséquences pour nous, Belges.

Quid, justement, de la situation de notre Royaume ? Déjà, excluons la piste référendaire (un référendum est pour rappel anticonstitutionnel en Belgique). La consultation de la Commission indiquait, en revanche, que la fin du système était plébiscitée par plus de 80 % des répondants et que c’était l’heure d’été permanente qui l’emportait. "Sauf qu'à y regarder de plus près, d'importantes disparités régionales existent", nous glisse-t-on dans un influent cabinet du nord du pays qui a eu accès aux résultats détaillés.

"Il ressort que la Flandre serait beaucoup plus favorable à l'heure d'hiver que les Wallons, qui ont participé plus massivement à la consultation...", nous dit-on. Du coup, en coulisses, d'importants lobbys sont déjà entrés en action en faveur d'une conservation de l'heure d'hiver... du moins au nord du pays. Du côté du Voka, la fédération des patrons flamands, un vent favorable nous souffle qu'il apparaît "comme inenvisageable d'afficher une heure différente des Pays-Bas, qui sont favorables à l'heure d'hiver. Pour des raisons tant logistiques qu'économiques évidentes, il nous faut un Benelux à la même heure. Les Hollandais n'ont historiquement pas toujours été les meilleurs amis des Flamands, mais le maintien des relations commerciales avec les Pays-Bas, essentiellement septentrionaux, est un dossier crucial..."

Côté wallon, il apparaît comme "inenvisageable", nous glisse-t-on dans l'oreillette depuis deux bureaux de décideurs sis à Namur comme Liège, "d'être à une heure différente de la France". Au nom de l'Europe des régions, et du sacro-saint confédéralisme, il n'est donc pas exclu que les régions plaident, auprès de l'UE, pour l'adoption d'une heure... différente en Wallonie et en Flandre. Reste à voir sur quel "fuseau horaire" la région bruxelloise, focalisée sur le Grand Départ du Tour de France et pas encore positionnée sur ce dossier, se calera...

Heure du match des Diables, affichage à la SNCB, Horeca : un pays entier qui serait chamboulé !

Le dossier est tellement sensible que divers acteurs ont en tout cas pris les devants. Parmi eux, la SNCB, qui a mis en place fin février une task-force spécifique dédiée à l'adaptation du rail à une Belgique à deux horaires. Menée par Gilles Tocante et Wout Kronoos, coordinateurs horaires pour SNCB et Infrabel au sud et au nord du pays, elle est chargée, notamment, de repenser l'affichage des panneaux horaires de l'ensemble des gares ferroviaires du pays. "On n'imagine pas à quel point avoir deux heures d'arrivée différentes de nos trains selon les régions désorganiserait l'ensemble de nos process", glisse M. Tocante, catastrophé. Qui plus est, d'autres secteurs des transports sont imbriqués : "Imaginez la gestion des correspondances pour un voyageur qui atterrit à l'aéroport de Zaventem et doit prendre le train vers la Wallonie !"

La question de la gestion des droits télés se pose aussi. "Prenez un match des Diables rouges qui aurait lieu à 18 heures, commente un programmateur de la VRT. Donc 19 heures sur la RTBF. On prend l'heure wallonne, ou l'heure flamande ? Le marché publicitaire n'est pas pareil, en télé, à 18 heures qu'à 19 heures !"

Plus localement, ce ne serait pas sans conséquences non plus. Du côté de la supérette communale de Landen, on opine du chef : "si nous sommes contraints de fermer une heure plus tôt que nos confrères du Carrefour Market de Hannut, on s'attend à une perte de la clientèle donc une fonte de notre chiffre d'affaire en soirée...", s'inquiète déjà Rudy Bontemps, patron de l'épicerie flamande depuis 19 ans. Qui, d'ailleurs, scolarise ses enfants en Wallonie, à 2 km du domicile. "Ils devraient donc se lever une heure plus tard que nous !"

Reste à espérer que le bon sens l'emporte. Ou que l'Europe ne remette la Belgique... à l'heure.

Trois conseils pour (bien)passer à l'heure d'été