Belgique Le gouvernement fédéral a fait atterrir le dossier du remplacement des F-16 en choisissant le F-35. Charles Michel l’assure à La Libre : la Belgique n’a pas renié son engagement européen.

Fallait-il vraiment acheter des avions de chasse ? Ne valait-il pas mieux investir tous ces milliards ailleurs ?

Ceux qui disent cela mentent à nos concitoyens. Nous vivons dans un environnement international qui a beaucoup changé. Bruxelles est à 3 heures d’avion de l’Ukraine et à 4 heures d’avion de la Syrie et de la Libye. L’environnement autour de l’Europe s’est considérablement dégradé ces dernières années sur le plan sécuritaire. Régulièrement, nos F-16 interceptent des avions russes dans l’espace européen, parfois pas très loin des frontières belges. On a aussi payé très douloureusement le prix de la montée du terrorisme en Europe et en Belgique. Il y a quatre ans, on a pris deux décisions en mettant en place ce gouvernement : stopper les économies structurelles dans la Défense qui nous amenaient à être totalement dépendants des États-Unis qui assuraient la sécurité pour notre compte et lancer un programme de réinvestissement militaire. On a donc lancé des procédures ouvertes et transparentes de mise en concurrence pour ne pas reproduire les graves erreurs du Parti socialiste au moment de l’affaire Agusta-Dassault.


(...)