Chez Ethias, ce ne sont pas moins de 1500 appels qui ont dû être gérés rien que ce vendredi, bien loin des 150 journaliers habituels. Et les dossiers continunetà s’empiler. “Nous avons demandé à nos employés qui travaillent habituellement dans les bureaux de venir en renfort au call-center. Maintenant, même nos commerciaux s’occupent de répondre au téléphone” raconte Serge Jacobs, porte-parole d’Ethias. “Nous avons aussi des employés qui étaient en vacances, mais qui ont proposé de venir aider et de reporter leur congé.” Chez Axa, même son de cloche. Devant l’ampleur de la situation, certains des anciens employés, pensionnés aujourd’hui, ont proposé de venir prêter main forte. On s’appuie aussi sur les partenaires externes pour pouvoir aider au mieux les personnes dans le besoin. “Nous avons pu pré-louer des chambres d’hôtel en périphérie, étendre notre période de relogement et agrandir notre parc automobile de voiture de location,” explique Said Dadi, d’Axa Partners.

Autre constationn qui coorobore les images : “On constate que les sinistres sont bien plus graves que sur d’autres intempéries” précise Audrey Amiot, directrice claims chez Axa. “Nos collaborateurs, qui d’habitude traitent les dossiers néerlandophones, sont venus rejoindre leurs collègues francophones” précise-t-on chez Ethias. Chez Axa, on s’appuie sur les différents bureaux pour déjà essayer d’organiser des visites d’experts, avec un renfort de l’équipe de gestion.