Les chiens ont été d'une importance cruciale dans le travail des policiers ce mardi, à Forest.

Il est aux alentours de 16h50 lorsque de nouveaux coups de feu sont entendus. Des grenades assourdissantes sont alors lancées dans une habitation... Moment choisi pour faire entrer dans la danse un chien policier, muni d'une camera, dans la maison située au 60 rue du Dries. Grâce à son travail, le canidé permet de localiser avec précision l'homme suspect. Il est blessé, dans un état critique, une kalachnikov à ses côtés.

Peu après, un ou deux autres suspects sont repérés dans un jardin situé au 7 ou au 9 rue de l'Eau (une rue adjacente à la rue du Dries). A ce moment-là, un chien a également été envoyé afin de prendre le plus d'images possible. Mais ce dernier a rapidement essuyé des tirs et s'est enfuit pour retrouver les policiers positionnés plus loin. Un hélicoptère balaiera la zone par la suite et repérera avec plus de précision le ou les individus, sans pour autant que cela ne débouche sur leur capture.

Le rôle du chien

Outre la nécessité qu'il parvienne à recueillir un maximum d'images, le chien a un rôle primordial pour permettre aux policiers d'estimer le danger, le risque. Une fois dans une pièce ou sur le terrain indiqué, il se doit de tourner sur lui-même pour que tous les angles soient pris en compte, pour avoir des informations sur l'arsenal à disposition, le nombre de suspects, etc. Il permettent donc de préserver les vies humaines et offrent la possibilité aux policiers d'établir un plan d'intervention encore plus précis. 

Rappelons également que ce sont ces mêmes chiens qui sont envoyés lors d'un fort Chabrol ou qui sont descendus en rappel lors de catastrophes naturelles, par exemple.