Pour la princesse Esmeralda, fille de Léopold III et de sa seconde épouse Lilian Baels, il est important " qu’on évoque le problème des excuses" au nom de la Belgique. Des excuses au peuple congolais pour les actes commis par la Belgique lors de la colonisation.

Dans une interview accordée à nos confrères de la RTBF, elle estime que cette question des excuses "parfois suggérée", n'a "jamais été vraiment débattue. Pour vraiment terminer ce passé tellement douloureux (avec) ses crimes, ses exactions, il est important que les pays européens et la Belgique en particulier reconnaissent leur responsabilité, présentent des excuses."

La princesse estime toutefois que la démarche est "dificille". "Quand le président français Emmanuel Macron a dit que la colonisation (en Algérie) est un crime contre l’humanité – il a eu le courage de le dire -, il a eu beaucoup de retours de bâton. C’est un sujet qui est très délicat et qui ne devrait pas l’être. En fait, on n’a jamais eu cette conversation, cette éducation qui est tellement essentielle pour comprendre le passé et comprendre le racisme actuel", explique la Princesse qui vit aujourd'hui à Londres.

Qui doit présenter les excuses ?

Esmeralda, réputée pour son engagement, explique que "c’est le gouvernement qui doit le décider. Le Roi ne pourra jamais le faire de lui-même. Mais ce serait évidemment très fort si le gouvernement et le Roi le font ensemble étant donné le côté personnel de la famille royale dans ce débat."

"L’hégémonie blanche"

Enfin, pour la membre de la famille royale, "il est évident que le fait d’avoir des statues de colonisateurs et en l’occurrence de Léopold II fait partie de l’hégémonie blanche. Tout l’espace public est rempli par nos statues, par nos colonisateurs, par nos marchands d’esclaves par exemple au Royaume-Uni. Pour les minorités, c’est quelque chose de très douloureux car il n’y a pas de contrepartie, il n’y a pas de monuments aux esclaves, aux colonisés."