Yves Van Laethem et Steven Van Gucht étaient tous deux absents lors du point presse. Ce sont les deux commissaires corona, Pedro Facon et Carole Schirvel qui les ont remplacés pour interpréter les chiffres. Etaient aussi présents les représentants de la task force vaccination et Lode Godderis, professeur à la KULeuven et membre du Gems.

Les chiffres covid continuent à évoluer à un niveau élevé, mais ils ne sont pas exempts de quelques points positifs", a déclaré Carole Schirvel. Elle est ensuite revenue sur la légère hausse constatée au niveau des nouvelles contaminations. “L’actuelle tendance positive est totalement due aux chiffres du début de la semaine passée, lorsque lundi, mardi et mercredi, plus d’infections ont été rapportées que les autres jours de la semaine précédente”, a-t-elle expliqué. “Depuis, les chiffres quotidiens sont de nouveau moins élevés que la semaine d’avant, ce qui nous fait doucement évoluer vers des chiffres plus négatifs”.

Pendant la semaine du 17 au 23 avril, 3.540 personnes ont été testées positives au Covid-19 quotidiennement, selon les données de l'Institut de santé publique Sciensano mises à jour mardi matin. Une légère augmentation de 2% par rapport à la semaine précédente.

C’est au niveau des jeunes que l’augmentation du nombre de cas se fait le plus sentir, avec également des augmentations limitées chez les plus de 50 ans et plus de 80 ans. “Actuellement, la plupart des infections sont observées chez des personnes dans la vingtaine, même si dans ce groupe aussi, on constate une tendance à la baisse”, a détaillé la commissaire corona.

C’est dans les provinces du Luxembourg, de Namur et du Hainaut que l’on retrouve actuellement les plus grandes incidences. On constate des augmentations plus importantes de nouveaux cas en Brabant flamand (+14%), en Région de Bruxelles-Capitale (+12%), à Anvers (+9%) et dans le Hainaut (+4%). C’est dans la province d’Anvers que l’on compte actuellement le plus de nouvelles infections.


Les nouvelles hospitalisations et l’occupation des soins intensifs présentent une légère diminution, tout comme les décès. Pour l’instant, ces diminutions sont encore trop limitées que pour pouvoir, à court terme, réduire de manière significative la pression sur les hôpitaux”, a expliqué Carole Schirvel. Au niveau des admissions à l'hôpital, une moyenne de 220,7 patients ont été admis par jour entre le 20 et le 26 avril. Un chiffre en baisse de 5% par rapport à la précédente période de sept jours. Actuellement, 2952 patients covid sont hospitalisés en Belgique, dont 892 personnes aux soins intensifs (-6% par rapport à la semaine précédente).

Le nombre de décès quotidiens est quant à lui également en légère diminution, avec -1% par rapport à la semaine précédente. "Nous constatons principalement une forte diminution parmi les patients de plus de 85 ans, alors que dans les groupes d’âges plus jeunes, on observe encore de légères augmentations”, a conclu la commissaire corona.

Le testing, une priorité

"Depuis le début de la crise, il est clair que le testing est un chaînon essentiel dans la gestion de l’épidémie. Il s’ajoute au respect des mesures préventives, à l’isolement et à la quarantaine des personnes malades ou potentiellement infectées, ainsi qu’à la gestion des clusters dans les collectivités et à l’amélioration de la qualité de l’air et de la ventilation”, a rappelé Pedro Facon. Selon lui, la stratégie actuellement de testing se compose de 3 lignes de défense. La première, c’est le dépistage des personnes présentant des symptômes, ayant eu des contacts à haut risques ou des voyageurs revenant sur le territoire belge. “Cela reste la première priorité, surtout vu la situation actuelle qui connaît toujours une grande circulation du virus ainsi que l’émergence des nouveaux variants”, a commenté Pedro Facon.


En deuxième ligne, on retrouve les tests préventifs réguliers des personnes se trouvant dans les milieux scolaires ou professionnels. Enfin, la troisième ligne se compose des autotests, qui peuvent être achetés en pharmacie par les citoyens. Depuis le début des ventes de ces derniers il y a trois semaines, environ 300.000 tests ont été achetés.

Le commissaire corona a salué les efforts fournis par les différents acteurs du monde professionnel afin de garantir des lieux de travail sûrs. En plus des guides et des protocoles fournis l’année passée, le Conseil supérieur pour la prévention et la protection au travail a “pris les mesures nécessaires afin de renforcer ce qui était précédemment mis en place”, a assuré Pedro Facon. "L'objectif est de rendre le retour sur le lieu de travail possible de manière sécurisée, étape par étape. Les secteurs les plus à risques devront prendre des mesures supplémentaires”, a-t-il expliqué. Le stock fédéral de test antigénique rapide est actuellement utilisé afin de soutenir les entreprises et organismes publics qui souhaitent tester leur personnel régulièrement.

Contaminations au travail : certains secteurs plus touchés

Professeur à la KULeuven et membre du Gems, Lode Godderis était présent pour présenter ses recherches sur les contaminations au travail. C’est Carole Schirvel qui s’est chargée d’expliquer les résultats en français. Ce rapport détaille les métiers au sein desquels on retrouve le plus grand nombre de contamination, et ce, malgré le respect des protocoles et des mesures sanitaires. Sans surprise, les métiers de contact et les enseignants et professeurs, le nettoyage ou encore la collecte des déchets sont concernés.


La campagne de vaccination a atteint sa vitesse de croisière

Enfin, Sabine Stordeur a pris la parole pour faire le point sur l’avancée de la vaccination dans notre pays, qui attend une livraison record de près de 900.000 doses cette semaine. “Plus de 3,5 millions de vaccins ont été administrés et nous avons atteint une couverture vaccinale de 30% avec une première dose”, a annoncé la responsable de la task-force vaccination. “Le délai entre la livraison d’un vaccin en Belgique et son injection est passé à une semaine, contre deux semaines auparavant. Ce sont autant d’illustrations que notre campagne de vaccination a désormais atteint sa vitesse de croisière”, a-t-elle annoncé.


Les femmes enceintes, ajoutées à la liste des personnes prioritaires, pourront se faire vacciner dans leur centre de vaccination avec un vaccin Pfizer ou Moderna. A partir du 4 mai, les médecins généralistes pourront les inscrire sur la liste prioritaire. Elles seront donc automatiquement invitées à se faire vacciner.