Belgique De la télé à la politique, coulisses de transferts.

"Ce n’est pas le MR qui est venu à moi", assure Michel De Maegd, le nouveau transfert du MR, lors de sa présentation à la presse, avenue de la Toison d’or au siège du parti. "Chaque journaliste a des convictions personnelles. Seulement, on les met dans un tiroir à double ou triple tour, ce que j’ai fait avec honneur. J’ai couvert des conflits difficiles, au Kosovo, au Rwanda ou en Bosnie notamment. Ces moments m’ont convaincu qu’on ne peut pas rester les bras ballants quand on a une notoriété. Je souhaitais à présent aller au-delà de l’observation."

Avec l’arrivée du désormais ex-présentateur vedette du JT de RTL-TVI, qui se définit comme "un libéral social, un gauchiste de droite", les libéraux attirent un profil sensible à la cause environnementale (il a fait le tour du monde en ULM avec le soutien du WWF), en plus d’un potentiel de voix important.

Frédéric François, Anne Delvaux, Florence Reuter, Josy Dubié, etc. Michel De Maegd n’est finalement que le dernier de ce qui est presque une tradition belge, tant les frontières semblent chez nous poreuses entre le monde de la télé et la politique. Mais comment se déroule le passage de l’autre côté du micro ?

[...]